GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Il y a 30 ans, les accords de Schengen offraient la libre circulation

    media A Baarle-Nassau, la frontière entre les Pays-Bas et la Belgique longe un café. Wikimedia / CC

    Ce dimanche 14 juin, 26 pays fêtent le 30e anniversaire des accords de Schengen qui prévoyaient la libre circulation des ressortissants européens au sein de la Communauté économique européenne (CEE). Retour sur un moment historique.

    Avec notre bureau de Bruxelles,

    Ce sont les trois pays du Benelux (Luxembourg, Belgique et Pays-Bas) qui proposent aux Français et aux Allemands, leurs voisins immédiats, d’abolir la vérification systématique des passeports à leurs frontières communes.

    La signature des accords correspondants intervient le 14 juin 1985 à bord du bateau-mouche mosellan Princesse Marie-Astrid, amarré au débarcadère du modeste village luxembourgeois de Schengen, 500 habitants, choisi pour sa situation à la frontière du Grand-Duché avec la France et avec l’Allemagne. Ils entreront en vigueur dix ans après, le 26 mars 1995.

    « Symbole de la liberté de circulation »

    Le jour de la signature, la France était représentée par la secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Catherine Lalumière : « Je ne pouvais pas à ce moment-là imaginer que ce petit village très mignon de Schengen deviendrait le symbole de la liberté de circulation. Aujourd’hui à Schengen, viennent des visiteurs du monde entier et notamment des délégations de Chine parce que c’est le symbole de la liberté de circulation des personnes. Ça, je ne pouvais pas le mesurer. »

    L’espace Schengen regroupe aujourd’hui 26 Etats pour près de 417 millions d’habitants concernés, dont 22 des 28 membres de l’Union européenne (l’Irlande et le Royaume-Uni ne veulent pas y prendre part, Chypre, la Croatie, la Roumanie et la Bulgarie sont en attente). Quatre pays non membres sont aussi associés : l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein.

    Mais ce que Catherine Lalumière n’imaginait pas non plus, c’est que ce qui paraissait un incontestable progrès soit aujourd’hui contesté par des partis politiques, partisans du retour des frontières.

    → A (RE)LIRE : Trente ans après, l’espace Schengen à l’épreuve de la solidarité ?

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.