GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Europe

    Le premier procès au Vatican pour pédophilie s’ouvrira en juillet

    media Le pape François au Vatican, le 22 décembre 2014. REUTERS/Alessandro Bianchi

    Le Saint-Siège a annoncé ce lundi coup sur coup l'ouverture en juillet d'un premier procès au Vatican pour pédophilie concernant un ancien nonce en République dominicaine, ainsi que le limogeage de deux évêques américains accusés d'avoir couvert des prêtres pédophiles dans leur diocèse.

    C’est une première dans la cité-Etat. Le pape François a accepté que se tienne au Vatican le procès d’un nonce accusé d’avoir abusé de mineurs dans un quartier chaud de Saint-Domingue. Ancien ambassadeur en République dominicaine, le Polonais Jozef Wesolowski sera jugé à partir du 11 juillet dans le petit tribunal situé derrière la basilique Saint-Pierre.

    Le souverain pontife a par ailleurs accepté la démission de deux prélats américains, l’archevêque de Saint-Paul et Minneapolis, Mgr John Clayton Nienstedt, et de son adjoint, Mgr Lee Anthony Piché. Début juin, la justice américaine avait porté plainte contre l’archevêché. Elle l’accusait d’avoir refusé d’écouter les plaintes répétées contre un prêtre, condamné et emprisonné depuis pour avoir abusé de deux mineurs.

    Ces deux annonces ont été faites seulement quelques jours après la mise en place par le Vatican d’une institution chargée de juger selon le droit canon les évêques ayant protégé les prêts pédophiles. Pour Olivier Bobineau, sociologue et spécialiste des religions, cela constitue une véritable rupture par rapport aux deux pontificats précédents. Jean-Paul II, rappelle-t-il, fermait les yeux et ne voyait pas certaines affaires à la fin de son pontificat. Et Benoît XVI, s’il se montrait plus sévère, n’avait jamais pris de décision de cette ampleur.

    D’après Olivier Bobineau, cette rupture pourrait être expliquée par l’expérience personnelle du pape François qui vient de pays où il a constaté les affres et les dégâts des crimes des prêtres pédophiles. « Je pense que la réaction des sociétés modernes est tellement claire pour dire qu’il faut condamner ces hommes – d’autant plus qu’ils sont censés représenter l’amour de Dieu, la confiance en l’autre et en Dieu – que l’Eglise catholique ne peut plus souffrir qu’un homme de Dieu vienne abuser de la figure sacrée de la société moderne qu’est l’enfant », analyse-t-il.

    Les associations d’anciennes victimes sont partagées après ces annonces. Certaines saluent des progrès dans la lutte anti-pédophilie ; d’autres au contraire considèrent ces changements seulement cosmétiques, ou dénoncent des avancées trop lentes, freinées par une hiérarchie complice.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.