GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    Europe

    Migrations: le prix que paye l'Europe pour se barricader

    media Des migrants kosovars interpellés après avoir franchi illégalement la frontière serbo-hongroise, le 7 février 2015. REUTERS/Laszlo Balogh /Files

    En plein débat au sein de l'Union européenne sur les moyens de renforcer la lutte contre l'immigration clandestine, l'enquête The Migrant Files, signée par un collectif de journalistes, est édifiante. Selon cette enquête, les pays européens auraient dépensé ces 15 dernières années près de 13 milliards d'euros pour empêcher les migrants de rentrer dans l'Union ou pour les renvoyer chez eux.

    The Migrant Files, l’enquête sur le coût des migrations, est signée par un collectif de journalistes européens spécialisés dans les questions de migration. Leur enquête porte sur le coût humain et financier de l'immigration. D'abord, pour les candidats qui risquent leur vie pour « passer » en Europe, dépouillés par les passeurs qui ont fait un business de ces traversées périlleuses : selon The Migrant Files, au moins 16 milliards d'euros ont été dépensés depuis 2000 par les migrants pour venir jusqu'en Europe. En écho, les moyens alloués à la surveillance et à la protection des frontières européennes n'ont cessé de croître.

    L’Europe forteresse

    La photo a fait le tour du monde. On y voit un homme, une femme jouant au golf, la pelouse est verte et rase. Juste derrière eux, à quelques mètres, à califourchon sur un mur de plusieurs mètres de hauteur, une dizaine de migrants africains accrochés à cette barrière, essayant de la franchir. C'est la barrière de l'enclave espagnole de Melilla, six mètres de haut sur 12 kilomètres. Sa construction s'est achevée en 2013. Les Européens auraient ainsi dépensé 1,6 milliard d'euros pour protéger et surveiller leurs frontières.

    Emblématique de la politique européenne : Frontex, l'agence de surveillance des frontières de l'Union. Le budget de cette agence, financée à 90% par la Commission européenne, est passé de 6 millions d'euros en 2004, au moment de sa création, à 115 millions d'euros aujourd’hui. Un budget au montant inédit auquel viendront s'ajouter l'an prochain les 45 millions d'euros que coûtent les missions Triton et Poséidon en Méditerranée.

    Murs et prisons aux portes de l'Europe

    Pour retenir les migrants et les empêcher d'entrer en Europe, l'Union et ses pays membres ont passé des accords avec les pays frontaliers, et vont même parfois jusqu'à aider ces pays à se doter de centres de rétention et de prisons où héberger les migrants avant de les refouler. En Ukraine, l'Union européenne a ainsi participé à hauteur de 30 millions d'euros au financement de centres de rétention et de transit. Des prisons et des murs ont été construits dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, en Grèce, en Bulgarie. Il en aura coûté 76,6 millions d’euros aux Européens.

    Les expulsions: premier poste de dépense de la politique anti-immigration

    La facture de la citadelle européenne est d'autant plus exorbitante que ce qui coûte le plus cher aux pays membres de l'Union, ce sont les expulsions des migrants. Des hommes et des femmes qui, pour beaucoup, risqueront sans doute une nouvelle fois leur vie pour tenter de trouver enfin l'asile. Selon l'enquête The Migrant Files, l'Union européenne a dépensé ces 15 dernières années 11,3 milliards d'euros pour renvoyer chez eux plus de 3,3 millions de migrants. Un retour à prix d'or.

    L’expulsion coûte en moyenne 4 000 euros. La moitié de cette somme est dédiée aux frais de transport. Le coût varie en fonction des pays et des informations communiquées. Les associations approchées par les journalistes auteur de l'enquête The Migrant Files évoquent des sommes bien plus élevées. Elles prennent en effet en compte l'ensemble de la procédure : de l'interpellation, à la garde à vue, au transport vers le pays d'origine, en comptant le séjour en centre de rétention et l'aide juridictionnelle.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.