GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)
    Europe

    Ukraine: Ianoukovitch remercie Poutine de lui avoir «sauvé la vie»

    media L'ancien président de l'Ukraine Viktor Ianoukovitch a remercié le président russe Vladimir Poutine, dans une interview à la BBC de lui «avoir sauvé la vie» lors de la crise qui l'a chassé du pouvoir en 2014.

    Dans une interview à la BBC diffusée lundi 22 juin, l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch a remercié le président russe Vladimir Poutine de lui « avoir sauvé la vie » lors de la crise qui l'a chassé du pouvoir en 2014 après des manifestations sanglantes à Kiev. Ianoukovitch est également revenu sur sa responsabilité dans le déclenchement de la crise, en mettant toutefois l’accent plutôt sur celle de ses adversaires politiques.

    Interrogé par la BBC sur sa responsabilité lors de la crise de Maïdan qui l'a chassé du pouvoir en février 2014, l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch assure qu’il n’avait pas donné l'ordre de tirer sur la foule : «Je n’avais donné aucun ordre, je n’avais pas de compétences pour cela. Deuxièmement, j’avais déclaré publiquement que j’étais contre l’emploi de la force, et encore plus contre la fusillade».

    Quand le journaliste remarque qu’il existe quand même sa responsabilité générale en tant que président du pays, Ianoukovitch ne le nie pas, mais il fait porter la responsabilité de la situation sur les manifestants de Maïdan: «Bien sûr, bien sûr. Je ne fuis pas ma responsabilité. Mais, aujourd’hui, nous avons la guerre. J’avais prévenu qu’ils n’allaient pas se limiter à Maïdan, qu’ils allaient pousser plus loin. Et ils sont allés plus loin. Depuis un an et demi, nous avons la guerre, l’Ukraine a perdu la Crimée et le Donbass, ainsi que des milliers de vies humaines. Ils ont désintégré le pays et ils ont entraîné le monde entier dans le conflit : l’Europe, la Russie, les Etats-Unis». 

    Le gouvernement actuel exige le retour de Viktor Ianoukovitch en Ukraine. Pour le juger.

    Voir l'interview de Ianoukovitch sur la BBC

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.