GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Grecs plus que jamais divisés sur le référendum

    media Au moins 20 000 personnes ont défilé dans les rues d'Athènes pour le «oui» au référendum, mardi 30 juin, au soir du défaut de paiement de la Grèce, en opposition au gouvernement d'Alexis Tsipras qui appelle à un «puissant non». REUTERS/Yannis Behrakis

    Le jour s’est levé en Grèce et le pays est toujours debout, toujours membre de la zone euro. Pourtant Athènes n’a pas payé la dette d’1,6 milliard qu’elle devait rembourser au Fonds monétaire international (FMI) au plus tard mardi 30 juin à minuit. Echéance dépassée et constat laconique du Fonds monétaire international : « la Grèce est désormais en arriéré de paiement ». Conséquence, elle ne reçoit plus d’argent du FMI ni de ses voisins européens. Seule la banque centrale européenne (BCE) maintient encore en vie les banques grecques. Mardi soir plus de 20 000 Grecs ont manifesté devant le Parlement pour le « oui » au référendum de dimanche. « Oui » au plan de réformes proposé par les créanciers. Ils étaient à peu près aussi nombreux au même endroit la veille pour soutenir le « non ». Les Grecs sont plus que jamais divisés à cinq jours d'un référendum crucial.

    Avec notre envoyée spéciale à Athènes,  Aabla Jounaidi

    Les pro-Europe, plusieurs milliers, criaient « Europe, démocratie ! », en brandissant la bannière bleue étoilée de l'Union. La plupart sont venus en famille, de la classe moyenne ou moyenne supérieure. Ils sont de cette Grèce qui a grandi dans le rêve européen et qui verrait comme une régression insupportable une sortie de la zone euro.

    Sous la pluie battante qu'ils espèrent ne pas être de mauvais augure, ils sont venus clamer leur appartenance à l’Europe, comme le jeune Panos, informaticien, drapeau européen à la main. « J'ai vécu à l'étranger en Europe. Pour moi l'Europe est aussi mon pays, pas seulement la Grèce », clame le jeune informaticien.

    Johannis, courtier d’assurance, avoue ne pas être malheureux comparé à beaucoup de ses compatriotes. Mais il refuse le retour en arrière prôné selon lui par le parti du gouvernement. « La plupart des membres de Syriza au gouvernement ne veulent pas que la Grèce soit dans la zone euro. J'ai souffert aussi de la situation en Grèce ces cinq dernières années, même si elle s'est améliorée. Mais nous souffrirons plus si nous quittons l'euro pour la drachme. »

    Députés hués

    Les esprits s'échauffent lorsque les députés Syriza sortent du Parlement. « Nous appelons le gouvernement à démissionner. Ce qu'il fait n'est ni dans l'intérêt du peuple grec, ni dans l'intérêt de l'Europe. »

    S'ils comptent voter « oui » dimanche, ils estiment que la décision d'organiser ce scrutin est anticonstitutionnelle, selon un argument de l'opposition conservatrice. Ils jugent surtout que c'est irresponsable de la part du Premier ministre Alexis Tsipras. Il est trop tard, disent-ils, pour confier au peuple cette responsabilité. Face au Parlement, ils huent les quelques députés qui sortent du bâtiment et demandent la démission du gouvernement Tsipras. En tout cas, le doute semble gagner les rangs mêmes du parti Syriza puisqu'au moins quatre députés se sont prononcés en faveur du « oui » dimanche dernier.

    Fracture plus que politique

    Lundi, près de 17 000 manifestants ont défilé dans les rues d'Athènes, mais cette fois pour soutenir le « non » au référendum. Cela marque une division certaine chez les Grecs, que l'historien Nicolas Bloudanis qualifie même de « fracture ».

    « Il y a une fracture claire, qui n'est pas forcément une fracture gauche/droite »

    Nicolas Bloudanis

    Historien grec, auteur de «Histoire de la Grèce moderne (1828/2014) mythes et réalités»

    01/07/2015 - par Sylvie Noël Écouter

    Un sondage donne le « non » en tête

    Un sondage de l'institut ProRata a été publié ce mercredi matin dans la presse grecque. Il donne une nette avance au camp du « non », avec 54 % contre 33 % en faveur du « oui ». Mais est-ce « oui ou non » à l’Europe, « oui ou non » aux conditions des créanciers ? Difficile à dire. La question posée fait largement débat. L’intitulé de la question fait référence à deux documents soumis par la troïka   FMI, Commission européenne et la Banque centrale européenne   au gouvernement grec. Problème, personne en Grèce n’a accès à ses documents et on ignore si ces propositions sont toujours celles des créanciers.

    L'autre inconnue sur le vote de dimanche est matérielle. Autrement dit, où trouver l'argent pour organiser le scrutin ? Les photos d’un brouillon de bulletin de vote circulent depuis deux jours sur les réseaux sociaux. Officiellement, au ministère de l’Intérieur, on s’affaire pour organiser la traduction et l’impression de ces bulletins. Une gageure, car pour la Grèce, officiellement en défaut de paiement, cela couterait plus de 100 millions d’euros à organiser.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.