GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 22 Janvier
Jeudi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Virus: la Chine annonce une quatrième mort
    Europe

    Grèce: le pouvoir de vie ou de mort de la BCE sur les finances du pays

    media La BCE, que préside Mario Draghi, est un soutien vital pour les banques grecques. REUTERS/Ralph Orlowski

    La Grèce n'a pas remboursé les 1,6 milliard d’euros qu'elle doit au Fonds monétaire international. Elle se retrouve de fait en défaut de paiement. La dernière institution financière à la soutenir est aujourd'hui la Banque centrale européenne.

    La Banque centrale européenne (BCE) est aujourd'hui le pacemaker de la Grèce. Pas tellement à cause des 20 milliards d'euros qu'elle a prêté dans le cadre des plans de sauvetage, mais surtout pour les 110 milliards injectés dans les banques grecques.

    Privées de cette bouée de secours, la plupart d'entre elles se retrouveraient très vite en situation de faillite. Consciente de son pouvoir de vie ou de mort sur les finances de la Grèce, la BCE a décidé dimanche dernier, le 28 juin, de maintenir son programme mais en limitant son ampleur au montant actuel.

    Une décision très politique car selon ses propres critères de bonne gouvernance, le gardien de l'euro n'a pas le droit d'activer ou de maintenir cette aide pour des banques non solvables or, quatre établissements ont été placés en défaut partiel par l'agence Fitch.

    Si l'assistance venait à être coupée, la Grèce serait contrainte d'émettre une nouvelle monnaie pour financer ses banques, ce serait le début du « Grexit ». Un scénario que le patron de la BCE, Mario Draghi n'a sans doute pas envie de signer de sa propre main.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.