GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Référendum en Grèce: le fossé se creuse entre les deux camps

    media Rassemblement du très influent Parti communiste grec, le 2 juillet à Athènes. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    En Grèce, le suspense reste total sur le référendum de dimanche sur l’acceptation d’un nouveau plan d’austérité proposé par les négociateurs européens. Selon un dernier sondage, ce n’est plus le « non » qui est en tête, mais le « oui ». Sans doute un effet de la fermeture des banques depuis lundi dernier. La campagne, elle, bat son plein. Les partisans du « oui » et ceux du « non » placardent des affiches, distribuent des tracts aux passants. Les positions à deux jours du scrutin sont plus que jamais antagonistes.

    Avec notre envoyée spéciale à Athènes, Aabla Jounaïdi

    Place de la mairie, à Athènes, Georges Papandréou, l’ancien Premier ministre et président du Parti socialiste, l’homme qui en 2010 a signé les premiers accords instituant l’austérité en Grèce contre un premier plan d’aide international, étrangement, est applaudi. Car pour la foule, en majorité de la classe moyenne supérieure, dimanche au référendum, il vaut mieux voter pour plus d’austérité que pour l’inconnu.

    Iulia vit et travaille à Bruxelles. « Je veux que la Grèce reste dans la zone euro parce que le climat est très mauvais et le gouvernement ne nous garantit rien, explique-t-elle. Je veux un accord, que les négociations avancent, car la situation est déjà très mauvaise. Mais avant tout, rester dans l’euro, c’est ma ligne rouge ! »

    A 800 mètres de là, la place du Parlement est occupée par l’influent Parti communiste grec. Si la position officielle du parti est de refuser le référendum, Haris, étudiant en médecine, va voter « non ». « Le futur et la prospérité du peuple sont hors de la zone euro, soutient-il. On veut notre souveraineté, contrôler notre propre monnaie. »

    Deux discours aux antipodes qui cohabitent, deux visions de la Grèce qui s’affrontent et dont il est toujours difficile pour l’heure de savoir laquelle domine vraiment.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.