GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Référendum grec: des électeurs toujours indécis

    media Des affiches appelant à voter «oui» («nai») et «non» («oxi») sur un abribus à Athènes. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    Les Grecs devront ce dimanche dire « oui » ou « non » à cette question à la fois simple et redoutable : « La proposition, soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, lors de l'Eurogroupe du 25 juin, doit-elle être acceptée ? » Les bureaux de vote sont prêts.

    Avec notre envoyée spéciale à Athènes, Aabla Jounaïdi

    Les 19 000 bureaux de vote du pays ouvriront à 8h du matin. Les électeurs iront voter là où ils avaient voté pour les élections générales en janvier dernier, donc le système est rodé. Pour encourager la participation, le gouvernement a mis en place les transports gratuits dans les villes et réduit de 50 % les prix des billets de train.

    Le vote est obligatoire en Grèce, mais vu la précipitation avec laquelle le référendum a été organisé, une partie des Grecs n’ira sûrement pas voter. Les bureaux resteront ouverts jusqu’à 19h au moins et les premiers résultats seront connus assez rapidement après une heure ou deux.

    Ce samedi soir et peut-être jusqu’au dernier moment, des milliers de Grecs méditeront leur choix : « oui » ou « non » aux propositions formulées par les créanciers de la Grèce. Beaucoup sont encore indécis, parce que la question posée implique de comprendre le jargon financier et surtout puisqu’elle s’est transformée avec cette semaine agitée en question sur l’avenir de la Grèce dans la zone euro.

    La fermeture des banques a fait monter le « oui » dans les sondages, mais les deux camps sont au coude-à-coude. Il est impossible de dire ce soir si les dernières déclarations fracassantes des uns et des autres ont fait pencher la balance d’un côté ou d’un autre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.