GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Pékin met en garde ses ressortissants voyageant en Turquie

    media Des manifestants brûlent un drapeau chinois devant le consulat de Chine à Istanbul, le 5 juillet 2015. REUTERS/Osman Orsal

    La Chine demande à ses ressortissants qui voyagent en Turquie de faire attention aux manifestations anti-chinoises et affirme que des touristes ont été récemment « attaqués et importunés ».

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Selon la mise en garde publiée dimanche sur le site internet du ministère chinois des Affaires étrangères, il y a eu de « multiples » manifestations en Turquie visant le gouvernement chinois. En cause : la politique de Pékin à l’égard de la minorité musulmane ouïghoure.

    Sur les réseaux sociaux, après le saccage d'un restaurant de cuisine chinoise mais animé par des Ouïghours, des agressions et des protestations diverses, des anonymes tiennent à rappeler par exemple que Mao Zedong, dont l'effigie a été brûlée ce dimanche à Balikesir, dans l'ouest du pays, est mort depuis longtemps.

    Là un autre internaute tente de faciliter la distinction entre les faciès chinois, japonais et coréens. C'est que samedi, des nationalistes turcs manifestant contre la politique de la Chine ont agressé un groupe de touristes sud-coréens au coeur de la vieille ville d'Istanbul, les prenant pour des Chinois.

    Protestation officielle

    La Turquie avait officiellement protesté vendredi contre des mesures vexatoires en période de Ramadan, voire des exécutions, touchant la communauté ouïghoure du nord-ouest de la Chine, mais Pékin avait répondu qu'Ankara ferait mieux d'étayer ses informations avant de leur donner autant d'écho.

    Les relations entre la Turquie et la Chine, au demeurant presque idylliques, ont parfois été émaillées de différends superficiels sur la question de la minorité ouïghoure, dont les principaux dirigeants en exil résident en Turquie ; mais depuis quelques semaines, à la faveur du ramadan et de l'incertitude politique en Turquie, la question du Türkestan oriental, comme l'appellent les nostalgiques du pan-türkisme, a refait surface.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.