GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La colère des Ouïghours de Turquie

    media Des manifestants Ouïghours manifestent devant l'ambassade de Thaïlande le jeudi 9 juillet 2015. REUTERS/Umit Bektas

    La Thaïlande a renvoyé en Chine une centaine de migrants Ouïghours, minorité musulmane et turcophone chinoise. Ce refoulement viole le droit international, ont déclaré les Nations unies et les ONG de défense des droits de l'homme. Depuis le début du ramadan, de nombreuses manifestations ont lieu en Turquie. Jeudi 8 juillet, le consulat thaïlandais d'Istanbul a été saccagé.

    Les Ouïghours remis mercredi aux autorités chinoises font partie d'un groupe de 300 personnes emprisonnées depuis plus d'un an en Thaïlande pour être entrées clandestinement dans le pays, et qui affirmaient être de nationalité turque.

    Il y a une dizaine de jours, Bangkok avait d'ailleurs envoyé 170 d'entre eux en Turquie. Une première dans le traitement réservé à ces clandestins. Mais la junte affirme avoir eu la preuve que les Ouïghours qui ont été renvoyés mercredi sont de nationalité chinoise. La Thaïlande assure par ailleurs avoir reçu de Pékin l'assurance qu'ils seront bien traités. Une affirmation jugée ridicule, selon les organisations de défense des droits de l'homme, qui affirment qu'une fois en Chine, ils risquent en réalité la prison, la torture ou la disparition forcée.

    Répression culturelle, religieuse et économique

    Quant aux Ouïghours qui sont toujours en prison en Thaïlande, leur sort reste incertain. Musulman et turcophone, le peuple ouïghour de la province du Xinjiang est victime d'une sévère répression culturelle, religieuse et économique de la part des autorités chinoises. Ses intellectuels et ses militants sont systématiquement soupçonnés par Pékin de séparatisme et de terrorisme.

    À Istanbul, plus de 200 manifestants ont saccagé le consulat thaïlandais ce jeudi 8 juillet, pour protester contre le renvoi des Ouïghours en Chine. Et depuis le début du ramadan, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de Turquie pour dénoncer la répression des autorités chinoises.

    → À (RE)LIRE : Chine: Pékin accentue la répression contre les Ouïghours

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.