GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Grèce: les ministres opposés aux réformes écartés du gouvernement

    media Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, reprend en main son gouvernement. AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

    Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a remanié vendredi soir son gouvernement en écartant les ministres opposés aux réformes exigées par les partenaires de la Grèce qui ont débloqué des fonds pour couvrir ses besoins financiers les plus pressants, en prélude aux négociations sur une aide massive de plus long terme. Les nouveaux ministres ont prêté serment ce samedi 18 juillet au matin.

    Le Premier ministre grec reprend les rênes de sa majorité. Dix ministres changent de poste ou intègrent le gouvernement. Trois ministres qui ont voté contre le premier volet du 3e plan d'aide à la Grèce mercredi dernier ont été écartés, deux avaient déjà démissionné cette semaine, rapporte notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard.

    Les frondeurs de Syriza disparaissent du gouvernement. Un quart des députés de la gauche radicale sont sur la même ligne. Cette semaine, une majorité des membres du comité central de la gauche radicale ont d'ailleurs appelé à voter contre les nouvelles mesures d'austérité.

    Ce remaniement, le premier d'envergure depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir il y a six mois, s'apparente à une reprise en main et a valeur de message adressé aux créanciers, qui continuent de douter de la volonté et de la capacité de l'exécutif grec à tenir ses engagements.

    Décalage croissant entre le Premier ministre et son parti ?

    Parmi les ministres qui quittent le gouvernement, Panagiotis Lafazanis, chef du courant de la «Plateforme gauche» au sein de Syriza, en charge de la Restructuration productive et de l'énergie. Selon lui « un choix entre un plan d'aide ou une catastrophe est un choix dicté par la terreur ». Il est remplacé à ce poste stratégique, par l’actuel ministre du Travail, Panos Skourletis, un proche d’Alexis Tsipras. Il héritera de dossiers sensibles, avec notamment plusieurs dossiers de privatisations.

    Parmi les sortants figure également la ministre adjointe aux Finances Nadia Valavanis, qui avait présenté sa démission. Deux autres ministres frondeurs Dmitris Stratoulis, secrétaire d'Etat au Travail, et Costas Isychos, secrétaire d'Etat à la Défense, ont eux aussi perdu leur ministère.

    Alexis Tsipras a par contre conforté à son poste Euclide Tsakalotos, son ministre des Finances, apprécié de ses homologues de la zone euro.

    Le Premier ministre Alexis Tsipras choisit donc de déplacer le centre de gravité de son gouvernement vers la droite, même si pour son remaniement, il est surtout allé piocher au sein de son parti, à l'exception d'un nouveau portefeuille accordé au partenaire de coalition, les souverainistes du parti Grecs indépendants (ANEL).

    Déception à droite de Syriza

    Pour l'opposition, ce remaniement est peut-être une déception, alors que les rumeurs d'un gouvernement élargi couraient depuis le vote au Parlement en faveur du plan d'aide. Le parti centriste La Rivière (To Potami) qualifie ce changement de ministres de « timide ».

    Pour les socialistes du Pasok, ce remaniement paraît peu convaincant et faible. Il montrerait que la gauche radicale n'a pas la volonté de mettre en place les réformes qu'elle a signées selon eux. Et surtout, il laisserait la porte ouverte à de nouvelles élections.

    C'est aussi ce que sous-entend Le Quotidien des rédacteurs. Pour ce journal, plutôt à gauche, le gouvernement grec tente de combler les lacunes créées par le vote au Parlement, où un quart de son parti s'est opposé aux réformes des créanciers. Il se préparerait donc à un nouvel appel aux urnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.