GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 20 Janvier
Mardi 21 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce: première phase des remboursements d'Athènes à la BCE

    media Lundi 20 juillet, le gouvernement d'Alexis Tsipras (G) commence à rembourser l'argent que la Grèce doit à la Banque centrale européenne, présidée par Mario Draghi (D). REUTERS/Yves Herman

    La Grèce commence lundi 20 juillet à rembourser ses créanciers grâce à l'aide d'urgence de l'Union européenne et va devoir rapidement adopter de nouvelles mesures d'austérité pour espérer conclure un plan d'aide sur trois ans avant que ne tombent d'autres échéances. Une nouvelle course contre la montre débute tandis que les banques rouvrent leurs portes.

    Les 7 milliards d'euros débloqués vendredi par l'Union européenne pour permettre à la Grèce d'attendre le futur plan d'aide ne vont pas rester dans ses caisses. Ils vont immédiatement servir à rembourser 4 milliards d'euros qu’elle doit à la Banque centrale européenne (BCE) et 2 milliards d'euros d'arriérés au Fonds monétaire international (FMI).

    La BCE a également relevé le plafond de ses prêts d'urgence aux banques grecques afin qu'elles puissent faire face à la réouverture des guichets. Ces prêts relais donnent de l'oxygène à la Grèce mais ils ne lui permettront pas de rembourser une nouvelle échéance due à la BCE dès le 20 août prochain. D'où la nécessité de conclure autant que faire se peut avant cette date le plan de 80 milliards d'euros sur 3 ans avec ses créanciers européens et le FMI.

    Angela Merkel est contre l'allègement pur et simple de la dette

    Pour remplir sa part du contrat, la Grèce doit encore fait adopter par son Parlement, au plus tard mercredi, une deuxième vague de mesures exigées par les créanciers, portant cette fois sur le secteur bancaire et la justice civile. Ce n'est qu'à cette condition, prévient Angela Merkel, que la question d'un changement des maturités de la dette ou d'une réduction des intérêts versés par Athènes pourra être posée sur la table :

    « La Grèce a déjà obtenu une aide. Les créanciers privés ont accepté une décote et nous avons allongé les maturités et réduit les taux d'intérêt. Et nous pourrons reparler de telles possibilités. Cela fait partie du mandat de négociation. Mais à condition que le premier examen du programme à négocier soit achevé avec succès. Cette question sera alors discutée, pas maintenant, mais à ce moment-là. »

    En revanche, la chancelière allemande fixe d'ores et déjà une ligne rouge d'importance : « Il est clair qu'un allégement de la dette, de l'ordre de 30 à 40 %, n'est pas possible à l'intérieur d'une union monétaire. Ce serait possible en dehors d'une union monétaire, mais pas à l'intérieure. Sinon, tous les pays lourdement endettés demanderaient la même chose. Et là, on se retrouverait bien coincés ! Donc, nous disons que si la Grèce veut rester dans l'euro, il faut accepter qu'un allègement pur et simple de la dette n'est pas possible. »


    ■ Réouverture des banques, hausse de la TVA

    Une semaine après la conclusion d'un accord avec ses créanciers, la Grèce autorise lundi la réouverture des banques. C'est également l'entrée en vigueur de la hausse de la TVA, une mesure exigée en contrepartie du nouveau plan d'aide financière.

    Après trois semaines de fermeture des banques les Grecs vont pouvoir revenir aux guichets mener leurs opérations, mais dans les limites toujours très strictes du contrôle des capitaux. Les retraits en liquide sont plafonnés à 420 euros sur 7 jours et le virement de fonds vers l'étranger demeure interdit.

    Le 20 juillet marque également l'entrée en vigueur de la hausse de la TVA, votée en urgence par le Parlement sur pression des créanciers. Le taux de base passe de 13 à 23%. Il s'applique aux produits non périssables, aux transports, aux restaurants et aux services. L'eau, l'énergie et les produits alimentaires de base passent de 6 et demi à 13%. Seuls les médicaments, les livres et le théâtre bénéficient d'une TVA à 6%.

    En octobre après la saison touristique, les hôtels verront aussi leur TVA augmenter. De même, les îles grecques où les taux réduits vont disparaitre. L'importance de la hausse des prix pour le consommateur dépendra de la décision des commerçants de la répercuter intégralement ou de réduire leurs marges.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.