GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentat en Turquie: extrême tension à Istanbul et dans l’est du pays

    media Un militant cagoulé et armé d'un fusil-mitrailleur, dans les rues d'Istanbul, lors des funérailles de l'une des victimes de l'attentat de Suruç, ce mardi. AFP PHOTO /YASIN AKGUL

    Le gouvernement turc fait face à une vague de protestation suite à l’attentat de Suruç, qui a fait au moins 32 morts, lundi 20 juillet. L’émotion et la colère animent les manifestations qui se multiplient dans tout le pays, avec pour cible principale la politique du gouvernement à l’égard du groupe Etat islamique. En réponse, les autorités ont annoncé un renforcement des mesures de sécurité à la frontière turco-syrienne.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Trois jours après l'attentat de Suruç qui a fait 32 victimes et une centaine de blessés, lundi 20 juillet, l’enquête officielle est toujours en cours, mais officieusement, l’attentat est attribué à l’organisation Etat islamique. Cette attaque a provoqué une vague de contestation dans tout le pays, avec de multiples manifestations parfois réprimées très violemment par les forces de l’ordre.

    Cinq des 32 victimes de l’attentat doivent être enterrées ce mercredi dans des quartiers d’Istanbul connus pour leur sensibilité de gauche. Hier, mardi, le cercueil de l’une des victimes a été accueilli dans un quartier d’Istanbul par des militants d’extrême gauche, cagoulés de rouge et brandissant des fusils-mitrailleurs… Une image forte, qui montre l’ambiance très pesante qui règne en ce moment en Turquie. Une atmosphère qui n’est pas sans rappeler celle qui régnait lors de la révolution de Gezi.

    Et ce mercredi 22 juillet, deux policiers turcs ont été tués à Ceylanpinar, une ville du sud-est de la Turquie. Les meurtres ont été revendiqués par le HPG, les forces de défense populaire, la branche armée du parti kurde PKK. L'opération a été menée en riposte à l'attentat de Suruç : les deux policiers sont accusés par le HPG d'avoir collaboré avec le groupe Etat islamique, désigné comme étant le responsable de l'attentat.

    Affrontements et commissariats ciblés

    Mardi soir, les manifestations organisées aussi bien à Istanbul que dans l’est du pays ont dégénéré en affrontements avec la police. Des heurts qui ont duré des heures, lors desquels il y a eu de nombreux blessés. Un petit garçon de sept ans est notamment plongé dans le coma après avoir reçu une capsule de gaz lacrymogène en pleine tête. De nombreux manifestants ont été interpelés.

    Il y a également eu une vague « d’incidents » visant les forces de l’ordre et le parti au pouvoir : un commissariat a été visé par un cocktail Molotov, un autre ciblé par des rafales d’armes automatiques et une bombe a été découverte et désamorcée sous un véhicule de l’AKP, le parti du gouvernement.

    Cette tension devrait durer encore au moins jusqu'à ce week-end : samedi, une grande marche « contre la terreur de l’Etat islamique » est prévue. Pour faire face aux débordements, la police a suspendu tous les congés de ses fonctionnaires et rappelé ceux qui en avaient pris.

    Promesse d'un renforcement de la sécurité à la frontière

    Le gouvernement turc doit discuter ce mercredi de nouvelles mesures pour sécuriser la frontière avec la Syrie. Un conseil des ministres exceptionnel est au programme, avec pour ordre du jour, presque exclusif, la sécurité.

    Mardi, le Premier ministre turc a affirmé que la sécurité à la frontière turco-syrienne sera renforcée. Mais, en fait, elle l’est déjà : 60 000 militaires turcs y ont été déployés récemment. Le projet de zone tampon ou de zone de sécurité en territoire syrien va être, de nouveau, discuté. Certains doutent de son efficacité, voire de sa faisabilité. Le président Erdogan y tient, mais son chef d’état-major est contre. Ce dernier devant être remplacé dans une dizaine de jours, il se pourrait que la création des zones tampons soit lancée ensuite.

    Le cerceuil de l'une des victimes de l'attentat du lundi 20 juillet est transporté lors d'une cérémonie à Suruç. REUTERS/Stringer

     

    L'auteur de l'attentat de Suruç formellement identifié

    Le jeune homme de 20 ans est originaire d'Adiyaman, province du sud-ouest du pays. Il avait quitté le domicile familial depuis 6 mois pour vivre en Syrie. Les restes d'une seconde personne suspecte, de sexe féminin, demeure en cours d'identification. Elle serait une complice, apparemment non turque, selon le correspondant de RFI. Les autorités turques enquêtent également sur d'éventuels liens entre l'attaque meurtrière de Suruç et l'attentat perpétré lors d'une réunion publique du principal parti kurde de Turquie, le 5 juin dernier à Diyarbakir, dans le sud-est du pays, attentat qui avait fait 5 morts.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.