GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: retour au calme à Varto après deux jours de violences

    media Deux militants armés du PKK et deux civils ont été tués, le week-end dernier, à Varto, perdus dans les hauts plateaux arides du Kurdistan. AFP PHOTO/FIRAT NEWS AGENCY/STR

    La situation est très tendue dans le Kurdistan turc. Le gouvernement mène des opérations antiterroristes dans le village de Silvan dans la province de Diyarbakir. Le village a été placé sous couvre-feu total, ce qui n'empêche pas de nombreux accrochages avec les populations. Une situation qu'a connue ce week-end Varto, un petit village d'Anatolie orientale.

    Avec notre envoyé spécial à Varto,  Jérôme Bastion

    Le calme est revenu sur le bourg de Varto et ses 10 000 habitants perdus dans les hauts plateaux arides du Kurdistan, à l’est de l’Anatolie. Mais si la vie a repris son cours après deux nuits d’affrontements violents, les signes de ces accrochages restent visibles. Des vitrines brisées, des voitures mitraillées, des poubelles brûlées et des tranchées mal refermées témoignent de la situation insurrectionnelle qui a prévalu ici pendant presque une semaine, jusqu’à lundi matin.

    Aujourd’hui, Varto compte ses morts, au nombre de quatre – deux militants armés du PKK et deux civils –, et ses disparus au nombre de trois. Les familles des victimes espèrent récupérer aujourd’hui les corps de Raudi, 36 ans, et Abdullah, 26 ans, et surtout en savoir plus sur les conditions de leur mort, eux qui n’étaient pas armés, mais dont tout le monde pense ici qu’ils ont été exécutés pour l’exemple.

    Depuis le lendemain de l’élection présidentielle, expliquent les habitants de la région, les harcèlements de la police étaient incessants. Pressions, humiliations, interpellations sans raison, on fait monter la pression. Et quand lundi dernier une combattante kurde a été exhibée nue dans la rue après avoir été torturée, abattue et photographiée, les rebelles ont occupé, armés, le bourg en coupant l’accès aux véhicules de la police.

    Comme à Silvan aujourd’hui, la reprise en main a été brutale. Le village enterre donc ses morts et répare les dégâts, mais personne ici ne croit à un retour à la normale durable alors que tout le Kurdistan s’embrase.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.