GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Europe

    Migrants: Londres et Paris en guerre contre les réseaux de passeurs

    media La ministre britannique de l'Intérieur Theresa May (d.) et son homologue français Bernard Cazeneuve à Calais, ce 20 août 2015. REUTERS/Regis Duvignau

    A Calais, ce jeudi 20 août à midi, les ministres français et britannique de l'Intérieur ont conclu un accord sur le problème migratoire. En effet, plus de 3 000 personnes vivent dans des conditions désastreuses dans et autour de la ville, en attendant de passer la frontière avec la Grande-Bretagne. Londres et Paris souhaitent ainsi créer un centre de commandement géré par les deux pays, pour faire face au phénomène.

    Avec notre envoyée spéciale à Calais, Alice Pozycki

    Ce jeudi matin, les deux ministres ont particulièrement insisté sur la lutte contre les filières de passeurs. Pendant sa visite du site d’Eurotunnel, Bernard Cazeneuve a d’ailleurs précisé que depuis le mois de janvier, 19 filières d’immigration clandestine ont été démantelées et 120 passeurs ont été arrêtés.

    Pour Paris comme pour Londres, le démantèlement de ces filières est primordial, l’accord franco-britannique prévoit donc la création d’un centre de commandement géré en commun par les deux pays qui ont désigné chacun un haut responsable.

    L’autre priorité pour les deux gouvernements, c’est bien évidemment la sécurisation du site d’Eurotunnel. Bernard Cazeneuve et Theresa May ont passé une heure sur place, ce matin, en présence du président du groupe. Ils ont donc pu constater tous les moyens déployés et notamment les nouvelles barrières installées il y a tout juste trois semaines. Celles-ci mesurent quatre mètres de haut, sont surmontées de barbelés et encadrent les quais d’embarquement des navettes sur deux kilomètres.

    De multiples barrières

    D’autres barrières sont en cours d’installation. Des barrières infrarouges, plus discrètes, qui fonctionnent avec un système d’alarme. Bientôt, pour accéder aux navettes, les migrants devront donc franchir quatre à cinq barrières. Une sécurité améliorée en partie grâce aux 15 millions d’euros débloqués par la Grande-Bretagne. Londres qui a annoncé, par ailleurs, qu'il consacrera 10 millions d'euros sur deux ans à la prise en charge des migrants à Calais.

    La France, elle, s’est consacrée à renforcer les moyens humains. Bernard Cazeneuve a rappelé que 1 300 policiers et gendarmes étaient présents dans la région. Eurotunnel se dit en tout cas satisfait de tous ces efforts et constate une nette diminution des tentatives d’intrusion sur son site.

    Le texte reste un peu plus flou en ce qui concerne la prise en charge des migrants à Calais. Les deux gouvernements sont d’accord pour aider les plus vulnérables – les femmes, les enfants – mais il n’y a aucune mesure concrète en ce qui concerne leurs conditions de vie. En tout cas Bernard Cazeneuve a déjà prévu de revenir à Calais. Ce sera le 31 août aux côtés du Premier ministre français Manuel Valls et des deux commissaires européens Frans Timmermans et Dimitris Avramopoulos, sur la question des migrants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.