GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attaque du Thalys: la Belgique face à son marché noir des armes

    media Des armes saisies par la police belge, en janvier 2015 à Charleroi. AFP PHOTO / BELGA / VIRGINIE LEFOUR

    Ayoub el-Khazzani, l’auteur présumé de l’attaque déjouée dans le Thalys vendredi 21 août, a un point commun avec Mehdi Nemmouche, l’auteur présumé de la tuerie au musée juif de Bruxelles : ses armes provenaient de Belgique.

    D’abord, le constat : l’année dernière, les polices belges ont saisi précisément 5 101 armes à feu illégalement détenues. C’est, pratiquement à l’unité près, le même nombre qu’en France. Et ces chiffres ne se basent que sur les confiscations réalisées par les services de police, et ne représentent donc qu’une fraction du nombre réel d’armes circulant sous le manteau en Belgique.

    Le trafic d’armes a ses chefs-lieux. Bruxelles, bien sûr, où il est probable que le tireur du Thalys a reçu son arsenal. Mais également Liège, et surtout Charleroi, d’où provenaient les armes de Mehdi Nemmouche, le tueur du musée juif. Charleroi, ville wallonne du sud du pays, est le cœur de toutes les formes de criminalité dans le pays.

    Lutte contre les trafiquants d'armes

    La ville de Liège, située près de la frontière avec les Pays-bas, a pour sa part une tradition armurière. A l’apogée de sa prospérité, la fabrique nationale d’armes de guerre - la célèbre FN Herstal – encourageait même la finition des armes au domicile des ouvriers et déplorait un « coulage » de l’ordre de 2 % de la production. Récemment encore, d’anciens salariés de l’entreprise d’armement, soupçonnés de trafic d’armes, ont été arrêtés.

    La Belgique s’est aussi fait une spécialité de la démilitarisation d’armes de guerre pour collectionneurs, alors que la remilitarisation illégale à base de pièces détachées provenant d’armes différentes est devenue un trafic florissant.


    ■ Des trafiquants qui agissent à cheval entre la France et la Belgique

    Début janvier, les milieux des trafiquants d’armes avaient été ciblés par un vaste coup de filet, en France et en Belgique. Un militant d’extrême-droite du nord de la France, ancien barbouze au Congo et en Croatie notamment, avait notamment été interpellé, rapportait alors le site de La Voix du Nord. Il est toujours en détention provisoire, dans l’attente du procès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.