GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le pape appelle les prêtres à pardonner l'avortement

    media Le pape François lors de la Liturgie de la Parole pour la Journée mondiale de prière pour la Sauvegarde de la Création, dans la Basilique Saint-Pierre, au Vatican, le 1er septembre 2015. REUTERS/Tony Gentile

    Le pape François a demandé ce mardi à tous les prêtres d’accorder au cours de l’Année jubilaire, qui commence le 8 décembre prochain, le pardon aux catholiques qui ont avorté ou provoqué l’avortement. Une décision prise dans le souci de soulager pour le pape « l’injustice » vécue par de nombreuses femmes .

    Le pape François veut que le Jubilé de la Miséricorde, c’est le nom de cette Année sainte extraordinaire, bénéficie au plus grand nombre. En y incluant les femmes qui ont avorté, les médecins et les familles à l’origine de cet acte, le pape François ne contredit pas la doctrine de l’Eglise pour qui l’avortement constitue une faute grave entraînant l’excommunication.

    A plusieurs reprises, il s’est exprimé sur cette question de l’avortement, mais toujours au sein d’une réflexion plus large sur la défense de la vie et des plus faibles, de l’embryon au vieillard en passant par les enfants, mais jamais en adoptant une posture de condamnation. Au contraire, le pape François a toujours exprimé une sensibilité toute particulière à ce qu’il qualifie de « drame » et mis en avant la miséricorde à l’égard de ces femmes qui considéraient ne pas avoir eu d’autres choix que celui d’avorter et portaient en elles la cicatrice de ce choix douloureux.

    Avec cette annonce, on est loin de la polémique qui avait éclaté en 2009 quand le Vatican n’avait pas démenti l’archevêque de Recife, au Brésil, qui avait excommunié une mère et les médecins qui avaient fait avorter une fillette de 9 ans violée par son beau-père. A quelques semaines du Synode sur la famille, le pape François se positionne et donne un nouveau signal d’ouverture d’une l’Eglise qui parle au monde.

    Pour lire la lettre du pape François : cliquez ici.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.