GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/France: Fekir, Lacazette et Cabaye forfaits, Gameiro, Dembélé et Kondogbia appelés (FFF)
    Europe

    Des Syriens rejoignent l'Europe via l'Arctique

    media Certains migrants empruntent des chemins plus détournés mais moins risqués via le poste-frontière russo-norvégien de Storskog, près de Kirkenes, dans le Grand Nord de l'Europe. AFP PHOTO / Cornelius Poppe

    Les Syriens qui fuient les violences dans leur pays apparaissent même là où on ne s’attend vraiment pas à les rencontrer. Selon la police norvégienne, ils sont de plus en plus nombreux à passer en Europe via l’Arctique, donc à plus de 4 000 kilomètres à vol d’oiseau de Damas.

     

    A Kirkenes, près d’un poste-frontière dans le Grand Nord norvégien, environ cent cinquante Syriens ont traversé la frontière cette année. L’année dernière, ils n’étaient qu’une douzaine. Selon la police locale, une partie des migrants syriens vivait en Russie depuis des années, et d’autres ont pris l’avion depuis le Moyen-Orient jusqu’à Moscou, pour se rendre ensuite au grand port du Nord-Ouest de la Russie, Mourmansk.

    Mourmansk est le point de départ de la dernière étape du périple des migrants, menant à Kirkenes en Norvège, d’où ils sont immédiatement transportés à Oslo, où les autorités enregistrent leurs demandes d’asile.

    Le passage de la frontière étant interdit aux piétons, certains migrants la franchissent à vélo. La police norvégienne a saisi une vingtaine de bicyclettes. D’autres migrants paient pour passer la frontière dans des véhicules russes ou norvégiens. Les conducteurs qui l’acceptent risquent une amende de près de six cent cinquante euros, mais la police ne l’inflige qu’aux multirécidivistes.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.