GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    En Russie, des intégristes orthodoxes détruisent des œuvres d'art

    media Une fresque représentant Faust (D) et Mephistophélès (G) au sabbat par de Neuville. Loki 11/illustration Européenne 1871 no.51

    En Russie, plusieurs actes de vandalisme ont eu lieu contre des œuvres qui ne plaisent pas aux intégristes orthodoxes. Le dernier en date a eu lieu à Saint-Pétersbourg où un bas relief représentant Méphistophélès a été détruit.

    avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

    Méphistophélès est une représentation un peu naïve du diable. Ce Méphistophélès, ricanant, était sculpté sur un bas relief situé tout en haut d’un hôtel particulier à Saint-Pétersbourg, que l’on appelle la Maison de Lichnewski, du nom de son architecte. Elle date du début du XXe siècle. La semaine dernière, la figure a été entièrement détruite. L’action a été revendiquée par un certain Denis Gortchine, qui fait partie des Cosaques de Saint-Pétersbourg. « Nous avons détruit le diable » a-t-il écrit. 

    Coups de marteau

    Tout d’abord, les deux organisations officielles de cosaques ont pris leur distance, de même que l’Eglise orthodoxe, qui a regretté que l’on fasse un lien entre la construction d’une nouvelle église et la destruction de ce bas relief. Mais ce sont surtout les habitants de Saint-Pétersbourg qui ont exprimé leur colère. Dimanche, ils étaient près d’un millier, réunis devant la Maison Lichnewski, brandissant une photographie du bas relief, avec des slogans comme « Dieu est amour », « « Bas les pattes des œuvres d’art », « Les destructeurs de Saint-Pétersbourg devant le tribunal ». Certains ont souligné que ce Méphistophélès avait résisté à la Révolution, au blocus et à la guerre, pour disparaître sous les coups de marteau d’un fanatique. Et certains comparent cet acte aux destructions de Palmyre par le groupe Etat islamique.

    Oeuvres «sataniques»

    Cet acte de vandalisme n'est pas le premier. Mi-août, plusieurs personnes ont fait irruption dans la salle d'exposition du Manège près du Kremlin pour détruire des sculptures. Il s’agissait d’une exposition intitulée « Les sculptures que vous ne voyez pas », consacrée à des artistes de l’époque soviétique qui n’étaient pas dans la ligne officielle. Les œuvres détruites sont de Vadim Sidour auquel un musée est dédié à Moscou.

    Ces œuvres évoquent la guerre, le totalitarisme, les souffrances humaines. Mais pour Dmitri Enteo, le leader d’un mouvement qui se fait appeler La volonté de Dieu, elles sont « sataniques » et « blasphématoires ». D’après la direction du musée, les assaillants voulaient tout détruire. Dmitri Enteo lui-même a appelé la police pour faire fermer l’exposition en vertu d’une loi qui condamne « l’offense au sentiment religieux des croyants ». Il n’a pas été suivi. L’Eglise a condamné l’action du mouvement tout en appelant les organisateurs de l’exposition à se mettre en conformité avec la loi. Plusieurs artistes notent que les auteurs de ce genre d’agression ont un sentiment d’impunité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.