GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Un véhicule blindé d'un convoi de la force Barkhane a sauté sur une mine artisanale en début de matinée ce samedi 7 décembre à Infigaren à l'est d'Ansongo, entre Gao et Menaka, au Mali. Un soldat français gravement blessé devrait être évacué vers la France dans les toutes prochaines heures, selon l'état-major français joint par RFI.

    Europe

    Ukraine: des violences qui en disent long sur l'état réel du pays

    media Manifestation violente contre la réforme de la Constitution ukrainienne, le 31 août 2015 devant le Parlement de Kiev, la Rada. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Ce devait être un vote pour apaiser les tensions dans l'est de l'Ukraine : une modification de la Loi fondamentale pour accorder davantage d'autonomie aux régions séparatistes en conflit ouvert avec le pouvoir central. Mais pendant que les députés approuvaient les amendements à la Constitution, lundi 31 août à Kiev, des manifestants d'extrême-droite et des policiers se sont violemment affrontés. Un policier a été tué, un autre a succombé à ses blessures le lendemain. On dénombre environ 140 personnes hospitalisées. Un suspect a été arrêté, ainsi qu'une trentaine de contestataires.

    Avec notre correspondant à Kiev,  Sébastien Gobert

    Sur les vidéos, on voit un individu sortant une grenade de son sac à dos, la jetant vers les policiers, et prenant la fuite tout de suite après. Un suspect a été arrêté, de même qu'une trentaine d'autres protestataires. Le jeune homme à la grenade serait membre du bataillon de volontaires pro-ukrainiens Sitch, mobilisé dans le Donbass (Est) et très critique envers les politiciens de Kiev. Le bataillon Sitch et le parti nationaliste Svoboda se sont immédiatement désolidarisés des fauteurs de troubles et criminels.

    Echauffourrées entre des opposants ukrainiens aux amendements constitutionnels et les forces de l'ordre devant le Parlement. Kiev, le 31 août 2015. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Il serait néanmoins réducteur de considérer que les violences de lundi ne sont que le fait d'agitateurs isolés. Il existe une mouvance nationaliste très active en Ukraine, fortement opposée au projet de décentralisation du président Petro Porochenko, ainsi qu'à la moindre concession qui serait faite aux territoires tenus par les séparatistes.

    Sur le terrain, les conditions d'une quelconque autonomie des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk ne sont de toutes les manières pas réunies. Hormis l'opposition des nationalistes ukrainiens, les dirigeants séparatistes eux-mêmes refusent toute coopération avec Kiev. Et depuis les accords de Minsk II, en février, les armes ne se sont jamais totalement tues dans le Donbass. Un nouveau cessez-le-feu doit entrer en vigueur ce mardi 1er septembre, pour protéger les enfants le jour de la rentrée des classes.


    ■ Pointé du doigt, le parti Svoboda au cœur de la contestation

    Connu d'abord pour son antisémitisme, Svoboda s'est ensuite illustré lors des protestations de la place Maïdan, qui ont conduit à la chute du pouvoir pro-russe de Kiev. Puis, beaucoup de ses membres se sont engagés dans les combats contre les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine. Le parti revendique 20 000 membres. Dix-neuf d'entre eux ont été tués dans les combats dans l'Est.

    Parmi les centaines de manifestants réunis lundi 31 août devant le Parlement ukrainien, pour protester contre le projet de révision constitutionnelle ouvrant la voie à plus d'autonomie dans les régions orientales du pays, les membres de Svoboda étaient de loin les plus nombreux. Après les affrontements, le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov a immédiatement mis en cause Svoboda, qui s'est néanmoins désolidarisé des fauteurs de troubles.

    C’est une immense tragédie, dont les responsables sont les services spéciaux des régions pro-russes, et malheureusement aussi certains hommes politiques ukrainiens qui ne comprennent pas leurs responsabilités devant la nation.

    Ostap Yednak, député ukrainien 01/09/2015 - par Piotr Moszynski Écouter

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.