GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réfugiés: l’Europe face à la photo d'un enfant syrien mort noyé

    media Un garde-côte turc transporte le corps d'un enfant mort noyé en tentant de rejoindre la Grèce par la mer, ce mercredi 2 septembre 2015. AFP PHOTO / DOGAN NEWS AGENCY

    La tête dans le sable, sur une plage turque, un enfant a été retrouvé mort mercredi 2 septembre 2015. Ce réfugié s’est noyé dans le naufrage de bateaux qui transportaient des Syriens cherchant à rejoindre l’Europe. La publication de la triste photo de son cadavre, puis celle d'un homme prenant l'enfant dans ses bras pour le retirer de là, ont été largement commentées par la presse européenne et sur les réseaux sociaux.

    L’Europe, où les tensions montent face à l’afflux de dizaines de milliers de réfugiés et de migrants, s'est réveillée ce jeudi sous le choc après la publication des photos du corps d’un petit garçon en bas âge retrouvé mort, seul sur une plage.

    Sa dépouille a été retrouvée à la station balnéaire de Bodrum (Turquie). Cet enfant s’est noyé dans le naufrage de deux embarcations transportant des Syriens. Ces bateaux, partis dans la nuit de mardi à mercredi de Bodrum pour l’île grecque de Kos, ont chaviré, selon les garde-côtes turcs.

    Rapidement prévenus par les cris des naufragés, les sauveteurs ont repêché douze corps sans vie. Parmi eux, ce garçon âgé de seulement quelques années. Ses photos ont envahi les réseaux sociaux sous le mot-clef #KiyiyaVuranInsanlik (« L’humanité échouée » en turc).

    L’un de ces clichés a été, en particulier, très partagé : c’est celui du corps de l’enfant, que l’on aperçoit face contre terre, au bord de la mer, avec un t-shirt rouge et un short bleu. De dos, un garde-côtes est sur le point de le recueillir.

    « L’enfant de quelqu’un »

    Ces images ont également été largement commentées dans la presse européenne. Selon le quotidien britannique The Guardian, elles résument « toute l’horreur du drame humain qui se déroule sur les côtes européennes ».

    « Si ces images extraordinairement fortes d’un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient par l’attitude de l’Europe vis-à-vis des réfugiés, qu’est-ce qui le fera ? », interroge de son côté The Independent. Ce quotidien met la photo en Une de son journal, avec comme titre « Somebody’s child » (« L’enfant de quelqu’un »).

    Le quotidien belge Le Soir met également la photo en Une et se demande si elle va « réveiller les consciences européennes sur le sort des réfugiés ». Depuis le début de l’année, la Grèce a compté 160 000 arrivées, un chiffre record. Au total, plus de 350 000 personnes ont tenté de passer en Europe par la Méditerranée. Plus de 2 600 sont mortes pendant leur traversée.

    Cliquez sur les mots-clés

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.