GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    États-Unis: Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un deuxième mandat
    Dernières infos
    • Trump accuse les démocrates d'être guidés par «la haine»
    • Trump: «Le monde entier» envie la santé de l'économie américaine
    • Trump dénonce les «Fake News» dès le début de son meeting en Floride
    • Trump lance sa campagne pour 2020 depuis Orlando en Floride
    • Le Japon accuse un déficit commercial en mai, nouveau repli des exportations
    • Attribution du Mondial 2022 au Qatar: Michel Platini ressort libre de garde à vue
    • Canada: Trudeau annonce l'agrandissement d'un oléoduc controversé
    Europe

    Migrants: le casse-tête de l’Union européenne

    media De nombreux migrants marchent le long d'une autoroute à la sortie de Budapest pour rejoindre l'Autriche, le 4 septembre 2015. REUTERS/Laszlo Balogh

    Les ministres des Affaires étrangères européens étaient réunis ce samedi à Luxembourg pour évoquer la crise des migrants et tenter de trouver des solutions pour y faire face.

    Avec notre envoyé spécial à Luxembourg, Quentin Dickinson

    La réflexion s’articule désormais autour de quatre interrogations urgentes : comment accueillir et enregistrer systématiquement chaque migrant dès son arrivée ? Comment définir des critères communs d’évaluation des dossiers individuels ? Comment répartir équitablement dans l’ensemble de l’Union européenne les personnes en attente de décision sur leur demande, ainsi que celles dont la demande est acceptée ? Comment, enfin, assurer un renvoi immédiat dans leur pays d’origine de celles et ceux dont la demande est rejetée ?

    Ces questions ne sont simples qu’en apparence. Le groupe de quatre pays d’Europe centrale – Pologne, Hongrie, Slovaquie, République tchèque – fait mine de refuser toute approche commune européenne en la matière. La conception qu’ont leurs dirigeants de la souveraineté nationale leur dicte de gérer eux-mêmes, et seuls, la crise migratoire.

    Une crise durable

    Mais, à Luxembourg, on estime que cette attitude risque de ne pas prospérer longtemps, compte tenu de la démonstration de son ubuesque inefficacité en Hongrie et, surtout, de l’ampleur sans précédent de la vague humaine qui traverse l’Europe. « Ce n’est pas une situation urgente qui aura un début et une fin, a ainsi averti la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. Nous sommes face à une crise qui va durer. Plus tôt on l’acceptera – au niveau psychologique et politique –, plus tôt on sera en mesure d'y répondre efficacement. »

    « Il faut arrêter de s’accuser mutuellement », a lancé Federica Mogherini. La haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères appelle au contraire au rassemblement et au dialogue avec les pays candidats à l’entrée dans l’UE : « Si vous regardez l’histoire ou la géographie, les pays des Balkans et la Turquie connaissent très bien le sujet. »

    Fausses bonnes idées

    Des idées ont bien été avancées pour répondre à ces interrogations. La première serait de verrouiller hermétiquement les frontières extérieures de l’UE. A l’examen, ceci s’avère matériellement impossible. D’abord en raison de la multitude d’îles grecques proches des côtes turques. Ensuite, lorsque les migrants arrivent par voie maritime, le droit de la mer impose de les secourir. Et quand c’est par voie terrestre, ces derniers jours ont démontré qu’il était illusoire de vouloir s’opposer à la progression d’une telle marée humaine.

    La seconde idée consisterait à soutenir l’économie des pays africains les plus pauvres pour que leurs habitants ne soient plus tentés par l’exil. Malheureusement, un demi-siècle d’aide au développement de ces pays – et l’UE et le premier donateur de la planète – n’a pas permis d’éradiquer la misère, ni les conflits ethniques, ni la corruption. Et les sommes considérables versées par les Etats restent très inférieures à celles envoyées dans leurs pays d’origine par les immigrés installés légalement en Europe, et qu’on peut penser être utilisées plus efficacement sur le terrain de l’économie de proximité en Afrique.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.