GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Ukraine, la guerre des mots entre Saakachvili et Iatseniouk

    media Mikheïl Saakachvili, ancien président de Géorgie et actuel gouverneur d’Odessa, qui entre en opposition frontale avec le Premier ministre urkrainien, Arseni Iatseniouk. REUTERS/David Mdzinarishvili

    Nouvelle saga politique en Ukraine. Mikheïl Saakachvili, ancien président de Géorgie et actuel gouverneur d’Odessa, entre en opposition frontale avec le Premier ministre urkrainien, Arseni Iatseniouk. Ce dernier est accusé d’entraver les réformes, d’encourager la corruption, et de servir les intérêts des oligarques. Tout un programme.

    De notre correspondant à Kiev,

    Le gouvernement central saboterait tout le travail que Mikheïl Saakachvili entreprend dans la région d’Odessa, accuse ce dernier. Le Premier ministre Arseni Iatseniouk freinerait la réforme de la justice, il torpillerait le nettoyage des douanes, il empêcherait de construire des routes et il détournerait même les routes de contrebande internationale à son profit.

    Comme on peut s’y attendre, le Premier ministre dément catégoriquement ces accusations. Il vient juste d’être sacré par Christine Lagarde, la directrice du FMI, comme un réformateur intègre et audacieux, et il y tient. Arseni Iatseniouk affirme que Mikheïl Saakachvili est lui sont « dans le même bateau », et que le gouverneur ne s’exprime que sous le coup de l’émotion, une critique facile contre un ancien président géorgien que l’on sait très impulsif. Pour l’instant, on en est à une guerre des mots, mais c’est bien une guerre.

    Les raisons de ces accusations

    Cela fait un peu plus de trois mois, donc 100 jours, que Mikheïl Saakachvili a été nommé gouverneur par le président Petro Porochenko. C’est l’heure de tirer un premier bilan. Mais plus généralement, Mikheïl Saakachvili alimente une critique généralisée en Ukraine. Il avait changé radicalement la Géorgie, il considère que les réformes d’Arseni Iatseniouk ne sont pas des vraies réformes.

    Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk affirme que Mikheïl Saakachvili est lui sont « dans le même bateau », et que le gouverneur ne s’exprime que sous le coup de l’émotion. REUTERS/François Lenoir

    La guerre ouverte entre les deux hommes coïncide avec le lancement, le 1er septembre, d’une pétition à l’attention de Petro Porochenko, afin de lui demander de nommer Mikheïl Saakachvili Premier ministre. Il fallait 25 000 signatures pour que cette pétition soit légalement validée : ce mercredi matin, elle en avait déjà recueilli plus de 29 000. Mikheïl Saakachvili a les faveurs de l’opinion publique, mais il a répété plusieurs fois qu’il ne visait pas le poste de Premier ministre. Mais il a publiquement appelé à une refonte du gouvernement à Kiev, insistant sur le fait que l’équipe actuelle ne fonctionne pas !

    Le silence du président Petro Porochenko

    Pour l’instant, c'est le silence radio du côté de la présidence. Mais, on sait Petro Porochenko très proche de Mikheïl Saakachvili, alors que la cohabitation avec le Premier ministre est un calvaire. Les critiques de Mikheïl Saakachvili sont donc sans doute l’écho des contrariétés de la présidence.

    D’autant que pour l’instant, Mikheïl Saakachvili est très pratique pour Petro Porochenko, par exemple pour lutter contre certains oligarques, comme le sulfureux Ihor Kolomoïsky, sans déclencher un affrontement frontal. Ihor Kolomoïsky consacre de fait ses charges contre Mikheïl Saakachvili , et épargne un peu le président ukrainien. L’oligarque a récemment comparé le gouverneur à un « chien qui aboie, un petit chien qu’il faudrait raccompagner dans sa Géorgie natale avec récompense pour celui qui l’aura trouvé. » En Ukraine, il y a beaucoup de choses qui changent mais les querelles politiciennes sont toujours controversées et colorées qu'auparavant. Là-dessus, c’est sûr, rien n’a changé depuis la Révolution de la Dignité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.