GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réfugiés: polémique européenne sur la Turquie, «pays sûr» pour Juncker

    media Les présidents de la Commission européenne et du Parlement européen, Jean-Claude Juncker et Martin Schulz, à Strasbourg, le 9 septembre 2015. REUTERS/Vincent Kessler

    Dans une résolution adoptée ce jeudi à Strasbourg, le Parlement européen appelle à la plus grande vigilance sur l’une des nouvelles propositions annoncées mercredi par la Commission européenne pour endiguer le flux de migrants sur les côtes européennes : la mise en place d’une liste de pays d’origine «sûrs», notamment compte tenu de la situation dans certains pays comme en Turquie.

    Avec notre envoyée spéciale à Strasbourg,  Joana Hostein

    L’objectif de la Commission européenne, avec la mise en place de cette liste, est d’accélérer le traitement des demandeurs d’asile originaires de pays considérés comme sûrs, et d’organiser leur retour, en cas de réponse négative, le plus rapidement possible.

    Jean-Claude Juncker propose d’ajouter à cette liste les Etats candidats à l’adhésion à l’Union européenne, et notamment la Turquie, ce qui inquiète les parlementaires européens.

    « En principe, lorsqu’il y a pays sûr, les demandes d’asile sont refusées. Si on met par exemple la Turquie dans la liste des pays sûrs, est-ce que les Kurdes vont se voir refuser le droit d’asile ?» Pour Marie-Christine Vergiat, députée du Front de gauche, et membre de la sous-commission droits de l’homme, la situation en Turquie est assez inquiétante. « On est proche de la guerre civile. Ce qui se passe dans la ville de Cizre, c’est hallucinant. Il y a le couvre-feu, il ya des snipers qui tirent sur la population dés que les gens semblent être des Kurdes. À quoi joue M. Erdogan ? »

    Le Président du Parlement européen, Martin Schulz, juge extrêmement préoccupant les attaques contre les locaux du parti prokurde HDP, « alors que 80 députés siègent légitimement au sein du Parlement turc », précise-t-il, et la répression à l’encontre de la presse nationale et internationale. Il appelle à un cessez-le feu immédiat, à quelques semaines des élections. Et de conclure : « La Turquie doit être unie et non divisée. »

    La question de la liste des « pays sûrs » sera sur la table des ministres de l’Intérieur lundi 14 septembre pour une réunion exceptionnelle.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.