GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Football: suivez en direct le match Mali-Mauritanie en Coupe d'Afrique des nations 2019
    • «L'armée américaine n'a rien à faire dans le Golfe», dit l'Iran
    • Football: la Tunisie et l'Angola font match nul 1-1 dans le groupe E de la CAN 2019
    • Mondial féminin 2019: les Etats-Unis éliminent l'Espagne (2-1) et affronteront la France en quarts de finale vendredi 28 juin
    • Migrants: le Mexique déploie près de 15000 policiers et soldats à la frontière avec les États-Unis (officiel)
    Europe

    Arrivée de réfugiés en Allemagne: une situation de plus en plus tendue

    media Dans un camp d'accueil temporaire de migrants et réfugiés à Berlin, ce lundi 7 septembre. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Le flux de réfugiés arrivant en Allemagne ne tarit pas. Bien au contraire : 40 000 personnes pourraient arriver rien que ce week-end du 12 septembre. C’est ce qu’a indiqué le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. C’est un chiffre record, deux fois supérieur à ce que le pays a connu le week-end dernier. Sur place, la situation est de plus en plus tendue.

    Avec notre envoyée spéciale à Duisburg,  Stefanie Schüler

    En Allemagne, la nervosité est palpable. Rien que durant la journée de vendredi 11 septembre, quelque 10 000 personnes sont encore arrivées à Munich. Durant la nuit, la situation a failli déraper à la gare centrale. Les trains n’ont pas cessé d’arriver, et les centaines de bénévoles ne suffisaient plus pour gérer l’accueil des réfugiés. Les hébergements d’urgence sont pleins, d’autres sont ouverts à la hâte, mais même les moyens de transport pour répartir les réfugiés dans d’autres villes de la Bavière et d'ailleurs ont failli manquer cette nuit.

    Pourtant, à en croire les prévisions des autorités allemandes, ces dernières 24 heures n’ont été que le prélude d’un nouveau week-end record. La ville de Munich accuse les autres Länder de ne pas être suffisamment réactifs. Les Länder, eux, reprochent la même chose au gouvernement fédéral. Et à Berlin, le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a déclaré que « le rythme avec lequel les réfugiés arrivent en Allemagne est élevé. Beaucoup trop élevé. Il faut à tout prix le ralentir. »

    Mais comment faire ? En Allemagne, tout le monde réclame le soutien des autres pays d’Europe. Et tout le monde espère aussi que le ministre allemand de l’Intérieur ne rentrera pas bredouille, lundi 14 septembre, du conseil extraordinaire prévu avec ses homologues européens.

    Le problème grandissant de l’hébergement

    L'urgence aujourd'hui pour les autorités régionales allemandes, c'est de trouver des hébergements pour les dizaines de milliers de réfugiés qui arrivent. Mais comment fournir à chaque réfugié un abri, alors que les structures manquent ? La solution temporaire consiste à monter des tentes. Du temporaire qui risque de durer.  « Ces tentes ne sont pas satisfaisantes du tout », témoigne pourtant Kaan Günes, membre de la Croix-Rouge allemande et directeur d'un village de tentes construit dans la ville de Duisburg, à l'ouest de l'Allemagne.

    « Nous concentrons nos efforts sur les réfugiés pour qu'ils obtiennent malgré tout un minimum de confort. Ce n'est vraiment pas la solution idéale. Les autorités s'excusent en parlant de " marée humaine ". Je trouve ce terme franchement pas adapté. S'il est vrai que nous accueillons actuellement énormément de gens qui fuient leurs pays, la situation reste gérable », assure Kaan Günes.

    Et de poursuivre : « Je pense vraiment qu'on pourrait faire autrement. Ces tentes devraient être la toute dernière solution. La Croix-Rouge, mon employeur, a décidé d'accepter la prise en charge de ces tentes. J'en ai honte. Beaucoup de promesses nous ont été faites ces derniers jours. La classe politique commence à changer son approche. Rien que le fait que les politiques s'emparent du problème est déjà un bon signe en soi. Parce que jusqu'à présent, on a fait semblant de ne pas voir la catastrophe. Mais là, il semble qu'on ait pris enfin conscience de la gravité de la situation. »

    Duisburg débordée par l'afflux de réfugiés

    « Nous ne laisserons personne sans abri. Avant l'arrivée de l'hiver, chaque réfugié aura un toit. » Voilà ce que promettait Hannelore Kraft, la chef du gouvernement de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il y a pas si longtemps. Mais face à l'afflux massif des réfugiés, le Land est obligé de trouver des solutions temporaires. A Duisburg, ville de l'ancien bassin minier allemand, des dizaines de tentes blanches en coton imperméable s'alignent sur le terrain d'une usine désaffectée. Les femmes sont installées sur des tabourets au soleil. Un groupe d'hommes parlemente avec les travailleurs sociaux, en passant par un traducteur arabophone.

    D'ici la fin du mois, certaines de ces tentes seront remplacées par des tentes plus grandes, en PVC, équipées de chauffage et d'un sol en dur. Elles résisteront à l'hiver, expliquent les autorités régionales. Cette solution ne satisfait personne. Un espace pour les enfants et les adolescents, avec des tables de ping-pong, un billard et un baby-foot, doit être mis en place. « On nous a donné des téléviseurs, avec lesquels nous aimerions installer des canapés et des consoles de jeux. En ce moment, la solidarité est telle que nous n'avons qu'à dire ce dont nous avons besoin pour que ça arrive au plus tard le lendemain », raconte Kaan Günes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.