GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Pologne, on manifeste contre l'accueil des réfugiés

    media Entre 7000 et 10000 Polonais, principalement militants d'extrême droite, ont manifesté contre l'accueil des réfugiés sur leur territoire, le 12 septembre 2015 à Varsovie. REUTERS/Agata Grzybowska/Agencja Gazeta

    Toute la journée de ce samedi 12 septembre, des manifestations se sont déroulées un peu partout en Europe en faveur d'un plus large accueil des réfugiés. En réaction, d'autres rassemblements anti-immigration ont été organisés, notamment en République tchèque, en Slovaquie et en Pologne. Reportage.

    Avec notre correspondant à Varsovie,   Damien Simonart

    Ils étaient 10 000 selon les organisateurs, environ 7 000 selon la mairie de Varsovie. En majorité des jeunes hommes, sympathisants des groupes nationalistes de l'extrême droite polonaise. Certains font des saluts nazis.

    Dans la foule, Sebastian, la quarantaine, chauffeur de bus, est plus modéré mais il reste contre l'accueil de réfugiés musulmans. « Personnellement, je fermerais les portes de l'Europe et je ne les laisserais pas entrer, dit-il. Les musulmans ont engendré cette guerre, maintenant qu'ils se battent contre elle. »

    Racisme ?

    Rassemblés pour dire non à l'accueil de réfugiés en Pologne, les manifestants ont surtout crié des dizaines de slogans hostiles à l'islam. Sur des banderoles, on pouvait lire des messages comme « Non à l'islamisation de la Pologne », « Immigrants aujourd'hui, terroristes demain » ou encore « Les immigrants sont un cheval de Troie pour l'Europe ».

    Les organisateurs refusent pour autant de parler de racisme. L'un d'entre eux, Tomasz Kalinowski, blond, les cheveux idéalement plaqués sur le côté, dénonce les critiques de Bruxelles envers les pays de l'Est.

    « Toute opinion qui s'éloigne du politiquement correct de l'Union européenne est appelée racisme ou xénophobie, assure-t-il. Nous, on regarde simplement ce qui se passe dans le monde et on en tire les conséquences. »

    Peur du terrorisme

    Les arguments qui revenaient le plus souvent sont le manque d'argent de la Pologne pour accueillir des réfugiés, la peur du terrorisme ou encore les différences religieuses. Les nationalistes polonais estiment que c'est aux pays qui ont un passé colonialiste d'assumer leur responsabilité.

    En fin d'après-midi, les manifestants ont traversé Varsovie dans le calme jusqu'au château royal. Même si elle n'est pas représentative de l'avis des Polonais, la manifestation anti-réfugiés envoie un message fort à l'Europe. A quelques centaines de mètres de là, une autre manifestation pro-réfugiés celle-là a à peine rassemblé 1 000 personnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.