GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'Allemagne ferme «provisoirement» ses frontières avec l'Autriche

    media Des migrants attendent un train à la gare de Vienne pour se rendre en Allemagne, mais les trajets avec l'Autriche ont été suspendus, et l'Allemagne a repris «provisoirement» ses contrôles aux frontières. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    L'Allemagne, débordée par l'afflux de réfugiés, annonce qu'elle va fermer provisoirement ses frontières, notamment avec l'Autriche. Une mesure destinée à reprendre le contrôle de la situation face aux arrivées ininterrompues de migrants dans le sud du pays.

    Article régulièrement mis à jour - Cliquer ici pou rafraîchir

    L’Allemagne a procédé au rétablissement provisoire des contrôles aux frontières, notamment avec l'Autriche, alors que le trafic ferroviaire entre les deux pays est suspendu, rapporte notre correspondante à Berlin, Blandine Milcent. Selon divers médias allemands, des policiers seront aussi envoyés en renfort en Bavière pour aider à surveiller les frontières, ils recevront l'aide logistique de la Bundeswehr.

    L'Allemagne suspend donc temporairement les accords de Schengen sur la libre circulation parce qu'elle arrive à saturation. Pour la seule journée de samedi, 13 000 réfugiés sont en effet arrivés à Munich, 63 000 depuis le début du mois de septembre. « Ce n'est plus tenable sur le plan logistique », « Munich est à l'extrême limite de ses capacités d'accueil », disent les autorités.

    « Limiter l'afflux actuel vers l'Allemagne »

    Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a donc expliqué qu'il fallait donner du temps aux Länder pour souffler, le temps de reprendre le contrôle de la situation. « L'objectif de cette mesure est de limiter l'afflux actuel vers l'Allemagne et d'en revenir à des procédures ordonnées pour l'entrée des personnes dans le pays », a-t-il précisé.

    Il a par ailleurs expliqué que les réfugiés ne pouvaient décider eux même de leur pays d'accueil. Berlin envoie enfin un signal notamment aux pays d'Europe de l'Est, sur le thème : il y a urgence à trouver solution commune.

    Les réactions européennes n’ont d’ailleurs pas tardé. Il s’agit d’une décision « nécessaire », a aussitôt déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban, tenant d’une position de fermeté vis-à-vis des réfugiés. Elle souligne en tout cas « l'urgence » d'un plan européen, a pour sa part déclaré la Commission européenne dans un communiqué.

    En France, Bernard Cazeneuve, a quant à lui appellé « au respect scrupuleux par chacun » des règles de Schengen. Le ministre de l'Intérieur a déclaré dans un communiqué à l'issue d'un entretien avec son homologue allemand Thomas de Maiziere, que « c'est faute » du respect de ces règles par certains pays « que l'Allemagne a décidé d'établir temporairement des contrôles à ses frontières, sans procéder à leur fermeture ». Pour le ministre français, l'entretien de ce dimanche « a permis de conforter la position commune franco-allemande ».


    UN SIGNAL AUX PARTENAIRES EUROPÉENS

    La décision de l'Allemagne est une façon d'interpeler les autres pays de l'Union européenne, alors que les 28 ministres de l'Intérieur et de la Justice se réunissent lundi à Bruxelles.

    Avec notre correspondante à Berlin Blandine Milcent

    Pour le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, il s'agit d'abord de donner du temps aux autorités pour reprendre le contrôle de la situation. Ce week-end, Munich a encore été submergé par des milliers de réfugiés, la capitale de la Bavière est à « l'extrême limite de ses capacités d'accueil », selon la police munichoise.

    Mais bien entendu, la fermeture de la frontière avec l'Autriche et la mobilisation de plusieurs centaines de policiers, sans parler de la suspension du trafic ferroviaire, tout cela constitue aussi un signal aux partenaires européens. Le ministre allemand de l'Intérieur ne s'en est pas caché.

    « Ces mesures sont aussi un signal à l'Europe : l'Allemagne prend ses responsabilités humanitaires mais la charge due au nombre important des réfugiés doit être répartie solidairement au sein de l'Europe. L'instauration temporaire de contrôles aux frontières ne va pas résoudre tous les problèmes, mais nous avons tout simplement besoin de plus de temps, et un certain retour à l'ordre à nos frontières ».

    Thomas de Maizière a également appelé dimanche les réfugiés eux-mêmes à respecter les accords de Dublin. « Ils doivent comprendre, a-t-il dit, qu'ils ne peuvent choisir leur pays d'accueil ».


    ► REPORTAGE

    Conséquence immédiate de la suspension du trafic ferroviaire entre l’Autriche et l’Allemagne et du rétablissement des contrôles aux frontières germano-autrichiennes, des milliers de migrants sont désormais coincés en transit dans les gares de la capitale autrichienne, où la situation devient précaire et où l’inquiétude monte.

    Avec notre correspondant à VienneBlaise Gauquelin

    Assise par terre au milieu de milliers d’autres Syriens, Ouala Ghanam a peur de ne plus pouvoir passer en Allemagne.

    Elle a quitté Damas avec toute sa famille, dont trois jeunes enfants et elle veut continuer par tous les moyens son voyage vers Munich : « Ils nous ont pris nos empreintes en Hongrie donc on doit passer en Allemagne ! C’est le seul pays qui a promis de ne pas renvoyer les Syriens qui sont enregistrés en Hongrie ! On n’a pas d’autre choix ! »

    Les bénévoles tentent de rassurer les migrants, mais ils semblent désormais débordés. Falo Saleh est l’un d’entre eux. Il craint que la situation ne dégénère rapidement, car d’autres migrants en provenance de Hongrie arrivent toujours par milliers : « Les gens sont venus parce que les frontières étaient ouvertes, donc si elles se referment, c’est une catastrophe ! Personne ne veut rester en Autriche. Beaucoup de réfugiés ne savent même pas ce que c’est que l’Autriche ! »

    Les Syriens qui ont dû donner leurs papiers aux autorités en Macédoine ont aussi peur d’être refoulés lors des contrôles à la frontière allemande.

    Des employés des chemins de fer sécurisent la voie ferrée dans une gare de l'ouest de Vienne, le 13 septembre 2015. Le trafic ferroviaire entre l'Autriche et l'Allemagne a été suspendu ce dimanche. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.