GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    Europe

    Dans le train Vienne-Munich, voyage entre espoirs et inquiétudes

    media Des migrants montent dans un train dans la gare de Vienne, à destination de Munich, le 6 septembre 2015. REUTERS/Dominic Ebenbichler

    Des centaines de migrants tentaient d'arriver à Munich encore ce lundi 14 septembre, en espérant que les gardes-frontières allemands les laisseraient passer. Dans le train, une famille syrienne qui a fui le groupe Etat islamique et n'imagine plus pouvoir aller ailleurs qu'en Allemagne.

    Avec notre envoyé spécial dans le train Vienne-Munich,  Blaise Gauquelin

    Dès qu’elle a su que les frontières allemandes se refermaient, la famille al-Naser a sauté dans le premier train pour l’Allemagne. Sara a 14 ans. Elle a fui l’organisation Etat islamique avec son père, son petit frère et deux petites sœurs.

    Elle ne pense pas que la famille sera refoulée par les policiers allemands. « Nous avons fui Deir ez-Zor. On voyage depuis 15 jours. On veut aller à Munich puis à Berlin. Ma mère et 3 sœurs sont à Damas parce qu’on n’avait pas assez d’argent pour tout le monde. »

    Le contrôleur ne s’offusque pas quand la famille al-Naser dit qu’elle n’a pas de ticket. Le père, Ibrahim, avait une très bonne situation à Deir ez-Zor. Il était ingénieur. Mais sous la tutelle des jihadistes, il ne pouvait plus travailler.

    Il espère que ses compétences convaincront les Allemands de le garder lui et ses enfants, qui parlent tous un peu anglais et veulent poursuivre de longues études. Il espère surtout qu’il pourra faire venir sa femme et ses trois filles, même s'il sait que l’Allemagne va désormais se montrer moins ouverte.

    Pagaille en gare de Salzbourg

    Conséquence de l'instauration de contrôles aux frontières entre l'Allemagne et l'Autriche, des centaines de migrants sont coincés en gare de Salzbourg : difficile de continuer pour Munich, car les trains ne partent plus qu'au compte-goutte. Le retournement de la situation angoisse nombre d'entre eux.

    Les policiers bloquent l'accès aux quais. Plusieurs centaines de migrants attendent dans le hall de la gare de pouvoir enfin monter dans le premier train qui s'annonce après plusieurs heures d'interruption du trafic. Un bénévole demande en arabe aux migrants de garder leur calme. Originaire d'Alep en Syrie, Moustafa Ambrosh semble complètement perdu dans la foule. Il serre son fils de 7 ans près de lui. « Cela fait 48h que je suis là, dit-il. Je veux aller en Allemagne. Je ne comprends pas ce qui se passe. Personne ne comprend ce qui se passe ! »

    Thomas Gefahrt habite dans les environs. Il est venu avec quelques amis. Il tente de détendre l'atmosphère en occupant les enfants des migrants. « Nous sommes un groupe de scouts. On a apporté des crayons et du papier pour dessiner un peu avec les petits là. Ça va leur changer les idées ». Penchés sur leurs téléphones portables, les migrants, eux, guettent toute information nouvelle, en provenance de l'Allemagne toute proche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.