GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    Europe

    Réfugiés: les quotas discutés à Bruxelles par les ministres de l’UE

    media Alors que les ministres européens de la Justice et de l'Intérieur se réunissent à Bruxelles au sujet des quotas de réfugiés ce lundi, l'ONG Avaaz a allumé des bougies dans la capitale belge. REUTERS/Eric Vidal

    Trop de monde, trop vite. Alors que l'Allemagne a décidé hier de rétablir «provisoirement» les contrôles des papiers à ses portes, particulièrement avec l'Autriche et positionnés des centaines de policiers le long la frontière, les ministres européens de l'Intérieur et ceux de la Justice se retrouvent aujourd'hui à Bruxelles pour discuter de la répartition de 160 000 réfugiés au sein de l'Union.

    L'enjeu de cette réunion ministérielle est de tenter de trouver un consensus sur les conditions d'accueil et de répartition des migrants sur le territoire de l'ensemble des vingt-huit pays de l'Union européenne, explique notre correspondant à Bruxelles, Quentin Dickinson.

    Schengen, Schengen et encore Schengen

    La France, pour sa part, en appelle « au respect scrupuleux par chacun des pays de l'Union européenne du traité de libre circulation signé en 1985 ». C'est ce qu'a rappelé ce matin Bernard Cazeneuve chez nos confères de RTL, rapporte notre envoyé spécial à Bruxelles, Stéphane Lagarde. Pour le ministre français de l'Intérieur, les responsabilités doivent être partagées entre les membres de l'Union. Cela veut dire notamment rétablir les contrôles aux frontières extérieures de l'UE, avec si besoin la mise en place de centres d'accueil des réfugiés sur place, dans ce qu'on appelle désormais les «hot spot», des points chauds. Il en faut en Grèce, en Italie et en Hongrie, a répété Bernard Cazeneuve ce matin.

    A Bruxelles, France et Allemagne vont parler d'une seule voix. Les ministres de l'Intérieur allemands et français se sont vus hier soir. Si l'Allemagne a décidé de rétablir le contrôle à ses frontières, si les trains ne passent plus entre l'Autriche et l'Allemagne, c'est bien parce que les règles de Schengen ne sont pas respectées, affirment encore et en cœur Paris et Berlin.

    Les quotas de la Commission européenne

    Appuyée en particulier par le tandem franco-allemand et par l'Autriche, la Commission européenne reviendra à la charge avec son plan, dévoilé avant l'été et plutôt mal reçu à l'époque. Ce plan comporte principalement l'obligation pour les États membres de recueillir un nombre de candidats au statut de réfugié au sens des Nations unies proportionnel à leur population et à leur situation économique, et qui tienne compte des réfugiés déjà présents chez eux.

    Ce plan - dont, en bonne logique, on ne voit pas quelle autre solution commune serait concevable - se heurte cependant à de multiples résistances de la part de pays qui en refusent le caractère obligatoire, ou qui entendent choisir à la carte - et en fonction de leur religion ou de leur nationalité - les migrants qu'ils seraient disposés à accueillir.

    Les ministres arrivent à Bruxelles divisés

    A la suite de l'échec, à Bruxelles dimanche soir, de la réunion préparatoire entre hauts fonctionnaires, il est probable que seule la convocation d'urgence d'un Sommet spécial des vingt-huit chefs d'État et de gouvernement puisse mettre fin à ces embarrassantes et mesquines zizanies.

    Pour résumer, les clivages sont au nombre de deux : le premier, c'est entre les pays membres ou candidats de l'espace Schengen de libre-circulation d'une part, et d'autre part, les pays en situation permanente de dérogation par rapport aux questions migratoires, c'est-à-dire le Royaume-Uni, l'Irlande, et le Danemark.

    Manifestation d'extrême-droite contre l'accueil des réfugiés à Lodz, en Pologne, le 12 septembre 2015. REUTERS/Marcin Stepien/Agencja Gazeta

    Le second clivage, c'est entre les pays Schengen de l'Ouest et les quatre d'Europe centrale, principalement la Hongrie et la Slovaquie, et accessoirement la Pologne et la République tchèque, qui, à des degrés divers et en vertu de considérations différentes, rejettent le plan européen et se cramponnent à l'idée d'une gestion purement nationale des flux migratoires, laquelle se révèle irréaliste et impraticable, chaque jour davantage.

    Rappelons que, comme l'Allemagne, la République tchèque s'apprête aussi à fermer sa frontière. La Hongrie, elle, aura fini demain mardi d'ériger sa clôture de barbelés à la frontière avec la Serbie. Tout le week-end, les migrants se sont dépêchés de traverser le pays avant sa fermeture.

    ► sur le même sujet, à lire aussi la Revue de la presse du jour : l'Europe divisée

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.