GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Turquie, nouveau couvre-feu imposé à Cizre

    media Les habitants de Cizre n'ont eu que 36 heures pour se remettre de leurs émotions et enterrer leurs morts. REUTERS/Sertac Kayar

    Le couvre-feu levé samedi 12 septembre au matin sur la ville kurde de Cizre, après plus d'une semaine d'affrontements meurtriers, a été à nouveau imposé dimanche 13 septembre dans la soirée, ont annoncé les autorités locales. Des mesures similaires ont été appliquées dans plusieurs autres villes de la région.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

    Les habitants de Cizre n'ont eu que 36 heures pour se remettre de leurs émotions, enterrer leurs morts hier après-midi lors d'un rassemblement monstre de près de 100 000 personnes, et faire quelques courses. Les voilà replongés dans l'enfer. Ils n'ont pas eu le temps de réparer leurs maisons endommagées, ni de faire des stocks d'eau car elle n'a pas été rétablie. L'électricité non plus n'est pas revenue, car le réseau est gravement endommagé.

    La préfecture de Sirnak a expliqué en fin d'après-midi que ce nouveau couvre-feu, établi sans limitation de durée, était instauré dans le but de capturer les membres de la rébellion qui s'y trouveraient et d'assurer la sécurité des biens et des personnes dans le canton. Les habitants de la ville semblaient résignés à l'idée que la police reviendrait finir un travail qui était loin d'être achevé quand elle s'en est retirée samedi matin.

    Ce qui est inquiétant, c'est que depuis le milieu de la soirée dimanche, plus aucune information ne filtre de cette ville d'environ 120 000 habitants, où le téléphone est coupé tout comme le signal 3G. Le dernier message en provenance de la ville faisait état de rafales d'armes automatiques. Tout comme à Sirnak, Diyarbakir et Silopi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.