GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants: la Hongrie étend sa clôture à la frontière avec la Roumanie

    media Des migrants détenus par les forces de sécurité hongroises après avoir traversé la clôture de fils barbelés érigée à la frontière entre la Serbie et la Hongrie, ce mardi 15 septembre. REUTERS/Dado Ruvic

    Budapest confirme sa stratégie de la forteresse. Après avoir bouclé la frontière avec la Serbie, les autorités hongroises ont annoncé leur volonté d’ériger une nouvelle clôture, cette fois sur le versant roumain de la frontière. L’objectif est d’empêcher les migrants de passer et de leur adresser un « message », selon le porte-parole du gouvernement, qui a également annoncé que des poursuites pénales ont été engagées contre 174 personnes ayant traversé les barbelés.

    « Le message que nous voulions faire passer est : Ne venez pas, cette route ne vous mène pas à destination. Selon nos données, les migrants ont compris ce message et les passeurs aussi », s’est félicité ce mardi le porte-parole du gouvernement hongrois, Gyorgy Bakondi.

    Budapest, après avoir érigé une clôture de 175 kilomètres le long de sa frontière avec la Serbie, a annoncé avoir l’intention de l’étendre sur sa frontière avec la Roumanie. Une fermeture de sa frontière, « sur une distance raisonnable », a promis le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, estimant « qu’une partie de la pression migratoire pourraity se diriger vers la Roumanie ». Une annonce qui a immédiatement déclenché l’ire des autorités roumaines qui ont dénoncé un projet « pas conforme à l’esprit européen ».

    Les autorités hongroises ont également annoncé avoir mis à exécution la loi entrée en vigueur dans la nuit de lundi à mardi criminalisant le passage des frontières. 174 personnes arrivant de Serbie ont été interpelées en Hongrie après avoir traversé les barbelés. Elles encourent une peine de trois ans de prison, voire cinq ans de prison si elles sont reconnues coupables d’avoir abîmé le barbelé érigé à la frontière.

    Un refus d'accueil « contraire au droit international »

    Les volontaires à l’asile en Europe sont plusieurs centaines à se masser en Serbie. Ceux qui passent, au compte-goutte, par les passages officiels laissés ouverts par la Hongrie, voient leur dossier étudié de manière accélérée. Selon les autorités hongroises, sur les 48 personnes qui ont fait une demande d’asile à Rosze par ce biais, juste avant la fermeture officielle de la frontière lundi soir, 16 ont déjà été examinées. Et rejetées.

    Pour Pierre Henry, directeur de France Terre d’Asile, c’est moins la fermeture des frontières qui pose problème que « l’ensemble de l’attitude de la Hongrie depuis des mois ». Interrogé par RFI, il dénonce « l’érection d’un mur, un certain nombre de déclarations contraires à l’esprit européen, contraires au droit international, et le refus de recevoir des réfugiés sur son territoire, alors même que [la Hongrie] est signataire de la Convention de Genève. »

    Pierre Henry, directeur de France terre d'asile 15/09/2015 - par RFI Écouter

    A (ré)écouter sur RFI : L’Europe désunie face aux réfugiés, l'émission Accent d'Europe de ce mardi 15 septembre.

    RFI

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.