GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    • Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo appelle à nouveau tous les pays à rapatrier leurs jihadistes détenus en Syrie
    • Les États-Unis vont «continuer à diriger» la lutte contre le groupe État islamique (Pompeo)
    Europe

    Migrants: le travail de la Croix-Rouge entravé par le chaos politique

    media Près de 10 700 migrants sont arrivés à la frontière austro-hongroise, dimanche 20 septembre. REUTERS/David W Cerny

    L'absence de communication entre les autorités hongroises et autrichiennes complique le travail de la Croix-Rouge. Exemple au poste-frontière de Heiligenkreuz-am-Lefnitztal, au sud-est de l'Autriche, dans la région du Burgenland, dirigée par une coalition entre la gauche (SPÖ) et l'extrême droite (FPÖ). Selon certains bénévoles, tout repose pratiquement sur leur bonne volonté et ils regrettent qu'aucune décision n'ait encore été prise au niveau européen.

    Avec notre envoyé spécial à la frontière austro-hongroiseBlaise Gauquelin

    La Croix-Rouge autrichienne nettoie le camp qui vient d'être quitté par un groupe de 200 migrants. Il y avait des Syriens, des Irakiens, des Afghans, mais aussi quelques Nigérians. Ils ont dormi dans ce camp provisoire, un camp érigé il y a trois jours dans une ancienne jardinerie désaffectée située dans une zone commerciale de la périphérie de Graz, la deuxième ville d’Autriche.

    Une fois le groupe parti, il faut faire l'inventaire des provisions. Une tâche difficile, selon les bénévoles, quand on ne sait pas quand, ni combien de personnes vont de nouveau bientôt passer la frontière : « On a très peu d'informations qui proviennent des autorités hongroises. On est toujours en stand-by. On doit être prêt à tout moment, car il est tout à fait possible que 3 000 à 4 000 réfugiés arrivent dans l'heure qui suit. »

    Moments de tension

    La crise dure désormais depuis plus de 15 jours et on sent clairement une inquiétude dans les rangs des bénévoles. Il y a des moments de tension qui sont dus à la fatigue. L'Autriche compte quelque 8 millions d’habitants seulement. Tous les regards se tournent vers les hommes et les femmes politiques. Ils sont sévèrement jugés pour leur incapacité à trouver une solution.

    L'accueil des migrants semble reposer entièrement sur les ONG, ainsi que sur la société civile. « Ce n'est pas la police qui fait tout le boulot ici. C'est la Croix-Rouge, ce sont les bénévoles. Sans nous, rien ne marcherait ici », explique un civil présent sur place.

    Du côté hongrois, ce bénévole regrette aussi que chaque pays organise le transfert des migrants sans coordination : « La peur, voilà le problème ! Personne ne cherche de solutions. Les gens préfèrent regarder ailleurs. » Qu'ils soient Hongrois ou Autrichiens, les bénévoles ne s'attendent pas à un changement rapide.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.