GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: des migrants bloqués à Edirne, à la frontière grecque

    media Les risques de naufrage ont poussé quelque 2 000 migrants à tenter de gagner la Grècen par la frontière terrestre avec la Turquie, mais ils restaient bloqués autour d'Edirne par la police turque. Reuters/Osman Orsal

    Dimanche, de nouveaux drames de l'immigration se sont produits en mer Egée : 26 personnes se sont noyées au large de l'île de Lesbos et 13 autres ont disparu dans le détroit des Dardanelles. Pendant ce temps, des milliers de réfugiés syriens sont bloqués dans la ville frontière d'Edirne et à la gare routière d'Istanbul par la police turque, qui tente de les empêcher depuis plusieurs jours de gagner la Grèce ou la Bulgarie.

    Avec notre envoyé spécial à Edirne,  Jérôme Bastion

    Quelque mille réfugiés syriens se sont provisoirement installés dans le parc entourant l'arène des lutteurs d'Edirne (nord-ouest de la Turquie). Des plateaux-repas leur ont été distribués par des associations humanitaires turques. Au menu : un peu de riz, des pois chiches, un peu de viande et du pain.

    Située à une dizaine de kilomètres de la frontière grecque et à une vingtaine de kilomètres de la frontière bulgare, Edirne est devenue un nouveau point de rassemblement des réfugiés qui tentent de gagner l'Europe. Les autorités turques leur ont jusque-là interdit d'approcher la haute barrière métallique qui sépare la Turquie de la Grèce. « Nous avons besoin que le gouvernement turc, ou n'importe quel gouvernement, nous aide à entrer en Grèce parce que tout le monde ici a un diplôme, mais nous n'avons pas d'avenir en Turquie », réclame un migrant.

    A la gare routière d'Istanbul aussi, de 2 000 à 4 000 personnes s'entassent et font la queue pour passer les portes qui leur permettront de rejoindre Edirne. Ici, la police turque les empêche aussi de circuler et de sortir. « S'ils n'ouvrent pas la frontière, j'emmènerai mes enfants par la mer ; je veux qu'ils aient une chance de poursuivre leurs études et de faire une bonne carrière », témoigne une mère de famille. Pour tous ces migrants, Edirne n'est qu'une étape, la promesse d'un avenir meilleur se trouve de l'autre côté de la frontière, soit en Bulgarie, soit en Grèce, pour rejoindre soit l'Europe de l'Ouest, soit le Canada.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.