GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Hongrie: de nouveaux pouvoirs pour la police contre les migrants

    media La police hongroise, à proximité de Röszke, principal point de passage des réfugiés frontalier avec la Serbie, le 14 septembre 2015. REUTERS/Marko Djurica

    Le Parlement hongrois a adopté lundi 21 septembre une nouvelle législation renforçant encore les pouvoirs de la police et de l'armée à l'encontre des migrants. La loi autorise l'armée à ouvrir le feu pour défendre la frontière. La droite populiste hongroise a la majorité des deux-tiers au Parlement et la loi a été adoptée sans problème. 

    L'armée hongroise était déjà présente à la frontière. Plus de 4 000 soldats avaient en effet travaillé à poser une clôture de barbelés. Mais leur mission va changer. L'armée pourra ouvrir le feu contre les migrants, à condition que les tirs ne soient pas mortels. Les soldats auront le droit d'utiliser des grenades lacrymogènes, des engins pyrotechniques, des balles de caoutchouc et des fusils à filet, explique la correspondante de RFI à Budapest, Florence Labruyère.

    Le Premier ministre Viktor Orban a justifié son projet ainsi : « La Hongrie et toute l'Europe sont en danger (...) On ne peut pas laisser entrer ceux qui nous submergent. » Avec la nouvelle loi, la police pourra par ailleurs, sans mandat, perquisitionner un domicile privé susceptible d'abriter des migrants. En d'autres termes, aider les réfugiés peut désormais conduire tout droit en prison, constate l'envoyé spécial de RFI en Hongrie, Sami Boukhelifa. La loi s'applique dans la demi-douzaine de départements où l'état de crise a été décrété.

    « Le sang risque de couler »

    Alors que les hélicoptères de l'armée continuent de scruter les frontières, la Hongrie renforce donc son arsenal législatif pour mieux lutter contre les enfants, les hommes et les femmes qui frappent à leur porte. Comme l'écrit HGV, un hebdomadaire hongrois, le pays revêt son treillis militaire. Budapest vient clairement de déclarer la guerre aux migrants, considérés comme des envahisseurs.

    Pour l'opposition, Viktor Orban cherche l'escalade. La semaine dernière, des heurts violents ont opposé la police hongroise à des migrants. Des dizaines de réfugiés et plusieurs journalistes ont été matraqués. En cas de nouveaux incidents, et même si l'armée n'est pas équipée de balles réelles, « le sang risque de couler » prévient un député du parti socialiste.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.