GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Science

    Encore trop de perturbateurs endocriniens en France, selon une étude

    media L’impact des pesticides endocriniens représente un coût sanitaire de plus de 150 milliards d’euros chaque année en Europe. Ruben Bossendju

    Les perturbateurs endocriniens : derrière cette expression se cache peut-être une nouvelle catastrophe sanitaire. Depuis plusieurs années, des scientifiques tirent la sonnette d’alarme à propos de ces molécules chimiques, qui agissent sur notre système hormonal, et qui s’insinuent dans les fruits et légumes que nous consommons quotidiennement. Une cinquième étude de l’association Générations Futures pointe du doigt une forte présence de pesticides interdits ou suspectés d’être des perturbateurs endocriniens dans les salades notamment.

    L’Europe avait déjà prévu leur disparition depuis quelques années mais cette réglementation n’est toujours pas respectée selon François Veillerette, porte-parole de Générations Futures. « Il y a eu un pressing très fort de l’industrie agrochimique, il y a déjà un an et demi, deux ans, explique-t-il, pour arrêter le processus d’application de ce règlement de 2009 qui prévoyait de retirer du marché des pesticides, perturbateurs endocriniens, donc pouvant avoir un impact néfaste sur l’homme, comme c’est rédigé dans le texte. »

    François Veillerette ajoute : « Un certain nombre de scientifiques ayant des liens avec des industries ont fait pression sur la Commission européenne qui, du coup, a bloqué tout le processus et depuis deux ans, il ne se passe rien. Au lieu d’appliquer ce règlement qui est censé protéger la santé humaine, la Commission européenne a jugé urgent de faire une évaluation socio-économique de l’application de ce règlement. »

    Un coût sanitaire exorbitant en Europe

    « Donc on marche à l’envers. Au lieu d’avoir un règlement européen qui protège la société, donc la santé, on a un règlement qui va d’abord évaluer les éventuels coûts économiques. Donc on demande qu’on applique ce texte de manière efficace pour retirer les produits qui doivent retirés du marché pour protéger la santé humaine », s'indigne-t-il.

    L’impact des pesticides endocriniens représente un coût sanitaire de plus de 150 milliards d’euros chaque année en Europe. Aujourd’hui, ce ne sont plus les maladies infectieuses mais les maladies chroniques qui tuent le plus. Deux sur trois décès dans le monde sont dus à une maladie chronique telle cancer, diabète, maladies cardio-vasculaire ou respiratoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.