GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    [Reportage] En Hongrie, des migrants sous haute surveillance

    media Selon les bénévoles qui leur viennent en aide, près de 1500 migrants s'entassent dans ce train. Stéphane Lagarde/RFI

    La Hongrie va-t-elle totalement fermer sa frontière comme elle le laissait entendre vendredi, ou au contraire va-t-elle envisager la création d’un « corridor » laissant les migrants traverser le pays sous l’entière responsabilité de l’Autriche et de l’Allemagne ? Une chose est sûre, rien ne semble arrêter le flux des réfugiés. Au point de passage de Zakany, à la frontière croate, près de 5 000 migrants sont encore arrivés ce samedi 26 septembre sous la très haute surveillance de l’armée et de la police hongroise.

    De notre envoyé spécial à Zakany, Stéphane Lagarde

    Impossible de s’approcher d’avantage des réfugiés, regrette une jeune bénévole hongroise. Les forces de sécurité sont tendues, elles ont vérifié les papiers de tous les civils dans l’après-midi. Deux trains de migrants ont déjà quitté Zakany dans la journée pour l’Autriche. Il est bientôt 21h, et un autre convoi est toujours à quai dans cette petite gare du sud-est de la Hongrie.

    Douze wagons attendent les migrants qui arrivent à pied depuis la frontière croate. 800 mètres de vigne et de cyprès à traverser, sous la surveillance des militaires grimpés sur le toit de la gare. Un déploiement de sécurité qui fait sourire Babi, mariée à un Syrien. Babi est venue avec son mari depuis Gyongyos, à l’opposé d’ici, au nord-est de la Hongrie. Bottes jaunes, veste patchwork de couleurs vives, elle trouve ridicule un tel déploiement de sécurité. « Mon mari leur parle. Je sais très bien que ce ne sont pas des terroristes », dit-elle.

    Agrippés aux fenêtres, les migrants reçoivent de l'eau et des vivres de la part des bénévoles présents sur le terrain. Stéphane Lagarde/RFI

    Les soldats surveillent avec des caméras et des jumelles infrarouge explique encore la coordinatrice hongroise des bénévoles. Tout le long du train, des militaires pour la plupart masqué et portant des armes automatiques encadrent le convoi, tandis que des dizaines de policiers en gilet jaune fluorescent font monter les migrants à bord. A chaque fois qu’un wagon est rempli, le train bouge et les volontaires ont l’autorisation d’y aller. 15 minutes pas plus. Et c'est la ruée sur les fenêtres pour donner à boire et à manger à ceux qui ont fui leur pays.

    Trains bondés

    « Nous lançons les choses par les fenêtres, explique Andréa, une bénévole. On essaye de donner de l’eau car beaucoup on soif. Nous avons distribué 50 litres d’eau mais c’est loin d’être suffisant. » Andréa estime à 1 500 le nombre de personnes entassées dans le train.

    Les autorités hongroises n’ont pas fourni de chiffres officiels à RFI, mais selon les témoins, près de 5 000 migrants ont transité par la petite gare de Zakany jusqu’à plus de minuit hier soir. 10 000 étaient déjà entrés en Hongrie mercredi, en provenance de la Croatie voisine.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.