GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    A Brighton, les travaillistes suspendus aux lèvres de Jeremy Corbyn

    media Le nouveau président du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, au congrès de Brighton, le 27 septembre 2015. REUTERS/Luke MacGregor

    Les travaillistes britanniques réunis dans la station balnéaire de Brighton en congrès attendent ce mardi avec un mélange d'impatience et de scepticisme. Ce sera le tout premier discours de leur nouveau dirigeant, Jeremy Corbyn. Le député à la gauche de la gauche, élu il y a deux semaines, divise et va désormais tenter d'unir un parti éprouvé par sa lourde défaite aux élections de mai dernier.

    Avec notre envoyée spéciale à Brighton, Muriel Delcroix

    Est-ce l'ambiance quasi-estivale de Brighton ou la promesse placardée sur les murs du congrès d'un « parler franc et d'une politique honnête » ? Toujours est-il qu'on croise à chaque sortie de meeting une foule de militants travaillistes revigorés. « C'est très stimulant ! Le nombre d'adhérents ne cesse d'augmenter, il y a un nouvel élan, c'est indéniable, s’exclame celui-ci. Je n'ai pas voté pour Corbyn, mais maintenant il a une très bonne équipe et une vraie chance de devenir Premier ministre. Même à un âge avancé ! Winston Churchill a réussi, alors pourquoi pas ! »

    A 66 ans, Jeremy Corbyn a déjà réussi l'impensable : accéder à la tête du Labour avec un programme radical, mais il divise profondément et certains sympathisants très sceptiques voudraient le voir s'assouplir s'il veut mener le parti à la victoire en 2020. « Je voudrais que ses priorités changent car ce ne sont pas celles des électeurs, s'inquiète ce militant. Par exemple, la dissuasion nucléaire : jamais les gens n'ont évoqué la question quand nous leur parlions durant la campagne. Pour moi, Corbyn est dangereux pour le parti parce qu'il n'est pas en phase avec l'opinion publique. »

    Lutte contre l'austérité, une nouvelle approche de l'économie, Jeremy Corbyn a fait beaucoup de promesses et peaufine un premier discours qui aura rarement provoqué autant d'attentes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.