GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Caraïbes: l'ouragan Matthew passe en catégorie 5 (service météo)
    Europe

    Migrants: le Premier ministre hongrois Viktor Orban attendu à l’ONU

    media Viktor Orban, le Premier ministre hongrois a prévenu : il n'a pas l'intention d'infléchir sa ligne dure envers les migrants lors de son intervention devant l'Assemblée générale. REUTERS/Heinz-Peter Bader

    Le secrétaire général de l'ONU organise ce mercredi 30 septembre une conférence sur les migrants. Ban Ki-moon souhaite que les pays européens en fassent plus en faveur des centaines de milliers de réfugiés, notamment les Syriens, qui affluent vers le continent. Selon l'ONU, plus de 500 000 migrants sont arrivés en Europe par la Méditerranée en 2015. Leur sort a été évoqué par de nombreux chefs d'Etat à la tribune de l'ONU depuis le début de la semaine. La question des migrants sera d'ailleurs abordée par le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui doit s'exprimer devant l'Assemblée générale.

    Avec notre envoyée spéciale à New York,  Anne Corpet

    A la tribune lundi 28 septembre, Barack Obama avait dénoncé les pays qui construisent des murs pour empêcher l'arrivée de réfugiés chez eux, une allusion directe à la Hongrie qui l'a plutôt mal pris. Budapest entend renvoyer la balle dans le camp américain, et proposer lors du sommet de ce mercredi l'établissement de quotas mondiaux pour la prise en charge des migrants.

    « A l'origine de l'essentiel de ces déplacements massifs de populations, il y a des décisions de politique internationale qui ont déstabilisé des pays, a déclaré Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères. Ces décisions n'ont pas seulement été prises par l'Europe. Donc nous pensons qu'il est juste que l'Europe ne soit pas la seule à supporter ce fardeau. C'est pour cela que nous proposons des quotas au niveau mondial. »

    Le secrétaire général des Nations unies, qui souhaite que les pays européens en fassent plus en faveur des réfugiés, a récemment condamné l'usage par la police hongroise de gaz lacrymogènes et de canons à eau contre des réfugiés le long de la clôture barbelée érigée par Budapest à la frontière serbo-hongroise. Mais Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, a prévenu : il n'a pas l'intention d'infléchir sa ligne dure lors de son intervention devant l'Assemblée générale.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.