GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: le journaliste Ahmet Hakan agressé par des inconnus

    media Manifestants nationalistes turcs devant les locaux du journal «Hurriyet», accusé d'avoir critiqué le gouvernement, le 8 septembre 2015. REUTERS/Murat Saka

    En Turquie, un éminent journaliste de la télévision CNN-Türk et du journal Hürriyet, Ahmet Hakan, a été roué de coups devant son domicile dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Quatre suspects ont été arrêtés quelques heures plus tard. Cet incident est un nouvel exemple d’une profession en grand danger depuis quelques mois. Les Etats-Unis et le Conseil de l’Europe ont condamné cette attaque.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Jérôme Bastion

    Le nez et une côte cassés, l’animateur et éditorialiste a promis de continuer « sans peur » dans sa voie, qu’il sait « être la bonne ». Ses quatre agresseurs ont reconnu les faits mais avancent la thèse d’un accrochage en voiture qui a dégénéré en bagarre.

    Pour les organisations professionnelles, cependant, il ne fait aucun doute que les médias gouvernementaux ou proches du pouvoir ont alimenté ces dernières semaines une atmosphère de haine et de lynchage envers la presse indépendante.

    Le 13 septembre dernier par exemple, le journal Star avait écrit au sujet d’Ahmet Hakan que seule « la pitié valait au journaliste d’être encore en vie, et non écrasé comme une vulgaire mouche ».

    Une demande de protection rapprochée déposée par son avocat était malgré tout restée lettre morte. Un député de l’AKP, Abdurrahman Boyukalin, qui avait mené une expédition punitive contre le journal Hürriyet, avait même promis de « l’attendre devant chez lui pour lui dire qu’il aurait dû depuis longtemps pour le corriger physiquement ».

    Pas plus tard que ce mercredi, un autre député de l’AKP, Mehmet Metiner, avait promis au patron du groupe de presse Dogan, à qui appartiennent Hürriyet et CNN-Türk, de lui « arracher les ongles et les dents ». Le président Erdogan lui-même avait accusé le holding Dogan de soutenir le terrorisme, sans doute parce qu’il avait donné une place trop importante au petit parti pro-kurde HDP, entré au Parlement le 7 juin dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.