GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Biélorussie à la veille d’un scrutin présidentiel bien terne

    media Depuis la crise ukrainienne, le président Loukachenko cherche à se démarquer de Moscou. REUTERS/Remo Casilli

    Les 10 millions d’habitants de Biélorussie, de cette république ex-soviétique coincée entre l’Union européenne et la Russie, doivent voter dimanche 11 octobre pour désigner leur président. Il y a quatre candidats, mais à vrai dire, on s’attend à ce qu’Alexandre Loukachenko soit réélu. Celui qui est à la tête du pays depuis 22 ans n’envisage pas de partager le pouvoir.

    Difficile d’envisager une campagne électorale plus terne. A peine quelques banderoles à l'entrée de la ville, « 11 octobre : élection du président ». Une formulation qui n’est pas un gage d’ouverture. Aucun tract, aucune affiche, quelques rencontres organisées par les candidats dans des écoles, des clubs. Les meetings sont interdits pour les partis qui n’ont pas de candidat, rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne. Le président sortant lui-même n’en organise pas. Mais on le voit tous les jours à la télévision au cours de réunions ou de visites de travail au quatre coins de la Biélorussie.

    Des craintes de fraudes

    En 2010, Alexandre Loukachenko l'avait emporté avec, officiellement, prêt de 80 % des voix. L'opposition et les observateurs internationaux avaient contesté la régularité du scrutin. Cette année, l'ONG de défense des droits de l'Homme Mouvement pour la liberté, qui va déployer des observateurs dans les bureaux de vote, craint des fraudes.

    Premier problème soulevé, celui de la composition des commissions électorales. « Sur 72 000 membres des commissions d’élection, il y a 30 personnes de l’opposition », dénonce le président du mouvement Alexandre Milinkevitch. « Cela démontre qui compte ! » « Le plus important est de compter les votes ensemble. Sinon, ce ne sont pas des élections, mais la poursuite d’une tradition de falsification », poursuit-il.

    Les autorités encouragent également un certain nombre de personnes à voter avant le jour des élections, explique-t-il. C’est notamment le cas des étudiants. « Contrôler tout ça, c’est vraiment très très difficile », explique Alexandre Milinkevitch.


    Les relations avec la Russie font débat

    La capitale Minsk, entièrement reconstruite après-guerre, avec ses immeubles staliniens, semble être restée figée à l'époque soviétique. Même le KGB n’a pas changé de nom. Et pendant longtemps la majorité des habitants était favorable à une union avec la Russie. Pourtant, la situation internationale a obligé le pays à bouger, imperceptiblement. Et depuis quelques années, et la tendance s'est accentuée avec la crise ukrainienne, les Biélorusses prennent leur distance avec la Russie.

    « En Crimée aussi, la Russie avait des bases militaires, et qu'est-ce qui s'est passé ? Quand ils veulent, ils peuvent faire la même chose avec leurs hommes en vert des services secret. Et il n'y aura plus de Biélorussie », témoigne un habitant. Le président Loukachenko est tout aussi méfiant. « Aujourd'hui, nous n'avons pas besoin d'une base, encore moins d'une base aérienne », a-t-il fait savoir.

    Mais l’économie de la Biélorussie est très dépendante de son puissant voisin. Alors que près de la moitié du commerce du pays se fait avec la Russie, Moscou, dès le moindre désaccord, interdit l'importation de viande ou de lait biélorusse, étranglant ainsi son voisin. Une pression que les Biélorusses supportent de moins en moins alors que leur économie est déjà entraînée vers le fond par la crise économique russe. Pour la première fois depuis que Loukachenko est au pouvoir, les revenus des Biélorusses ont baissé cette année. Alors, il lâche un peu de lest : les derniers prisonniers politiques ont été libérés en août, les contacts ont repris avec l’Union européenne, qui devrait lever ses sanctions au lendemain du scrutin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.