GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: Volkswagen rappelle 8,5 millions de véhicules dans l'UE

    media Ligne de production Volkswagen en Allemagne. Reuters

    Les autorités allemandes ne misent plus simplement sur le bon vouloir de Volkswagen pour remettre aux normes ses moteurs truqués. Elles imposent au constructeur de rappeler ses voitures, ce qu'il va finalement faire pour 8,5 millions de véhicules dans l'Union européenne, et 2,4 millions de voitures rien qu'en Allemagne. Pour rappel, certains moteurs VW ont été truqués pour réduire artificiellement leurs émissions polluantes.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Un empire mondial chancèle ». Le commentaire de Une du quotidien Tagesspiegel ce vendredi 16 octobre au matin traduit les inquiétudes ambiantes. Mais l'empathie pour Volkswagen et les dangers pour l'entreprise voire le made in Germany en général restent modestes. Hier, les autorités allemandes ont décidé de ne pas miser seulement sur le bon vouloir de Volkswagen pour remettre aux normes les moteurs diesel truqués. Le rappel de 2.4 millions véhicules en Allemagne a été ordonné. Dans toute l'Europe, 8.5 millions de voitures sont donc concernées.

    Mais la presse allemande relativise cette décision inhabituelle de passer en force. « Les autorités étaient en partie depuis longtemps au courant de ces pratiques », écrit un journal régional pour lequel leur laissez-faire constitue le scandale derrière le scandale Volkswagen. Un autre journal parle d'une manoeuvre de diversion alors que le gouvernement allemand sous la pression du lobby automobile s'efforce toujours d'obtenir une plus grande souplesse de Bruxelles pour les normes de pollution des voitures.

    Le nouveau PDG du groupe Matthias Müller ne veut pas baisser les bras et rester fidèle à l'objectif ambitieux de faire de Volkswagen le numéro un mondial. Pas question comme Fiat de développer une stratégie peau de chagrin en rognant sur les investissements et le nombre de modèles pour perdre, à l'arrivée, en attractivité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.