GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    La Cour suprême britannique juge que la suspension du Parlement décidée par le Premier ministre Boris Johnson est «illégale»
    Dernières infos
    Europe

    Allemagne: manifestations à Dresde pour l'anniversaire de Pegida

    media Lutz Bachmann, leader et fondateur du mouvement anti-islam Pegida (« Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident »), lors d'un rassemblement à Dresde (Allemagne), le 12 octobre 2015. REUTERS/Hannibal Hanschke

    En Allemagne, le mouvement islamophobe allemand Pegida organise ce lundi 19 octobre une grande marche à 16 h dans son fief de Dresde (à l'est), à l'occasion de son premier anniversaire. Un temps moribond, ce mouvement a trouvé un second souffle dans la crise migratoire qui nourrit son discours de plus en plus radical.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    Le 20 octobre 2014, 350 personnes s’étaient rassemblées dans les rues de Dresde. Un mois après, elles étaient 10 000, avant un record en janvier avec 25 000 participants. Après une scission et une photo peu flatteuse du fondateur Lutz Bachmann en Hitler, Pegida (mouvement anti-islam allemand) avait perdu en importance, alors que des mouvements similaires dans d’autres villes allemandes n’ont jamais pris.

    Craintes d'une radicalisation violente

    Un an après sa création, le mouvement s’est radicalisé et exploite ce qu’il appelle le déluge de réfugiés pour séduire à nouveau. Ce lundi, Pegida espère rassembler 15 000 personnes au pied du prestigieux opéra Semper de Dresde. Ils étaient près de 9 000 à Dresde lundi dernier. Pour le politologue Timo Lochocki, « les manifestants ont le sentiment que le pays est bradé et que la classe politique ne les écoute pas, qu’ils n’ont aucune influence sur le cours des choses. Leur colère se dirige contre les réfugiés et les responsables qui ne les protègeraient pas. On peut sans doute regagner la confiance de certains qui respectent encore les institutions et l’Etat de droit. Mais cela ne vaut plus, pour une minorité grandissante. »

    Contre-manifestations

    Pour cette date symbolique, les adversaires de Pegida veulent aussi mobiliser plus qu’à l’ordinaire. Pendant un temps, ils avaient renoncé à toute contre-manifestation. Mais quatre défilés baptisés « Le cœur au lieu de la haine » vont finalement converger eux aussi vers le centre-ville. Comme pour Pegida, ils attendent des participants de la région, mais aussi de l’ensemble de l’Allemagne.

    Une potence symbolique avait été préparée par un manifestant de Pegida pour Angela Merkel et le vice-chancelier Sigmar Gabriel, le 12 octobre 2015 à Dresde. REUTERS/Hannibal Hanschke

    La police sera présente massivement sur place pour éviter des heurts entre les uns et les autres. La radicalisation de Pegida, qui exploite l’arrivée de nombreux réfugiés, s’est traduite par des violences ces dernières semaines, notamment contre les journalistes. La semaine dernière, une potence avait été préparée par un manifestant pour Angela Merkel et le vice-chancelier Sigmar Gabriel.

    Samedi, Angela Merkel a prévenu : les citoyens ne devraient pas suivre ceux qui descendent dans la rue, remplis de haine envers les autres. Dimanche soir, le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a qualifié Pegida « d’extrémiste de droite » estimant que la haine colportée par le mouvement préparait le terrain pour des violences xénophobes en hausse sensible. Les commentateurs craignent eux une radicalisation violente après l’attentat samedi contre une responsable politique à Cologne. Malgré les critiques, l'Allemagne reste la principale destination des réfugiés de Syrie, Irak et Afghanistan qui continuent à arriver par milliers dans l'Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.