GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    Europe

    TGV Lyon-Turin: l'écrivain italien Erri De Luca relaxé

    media La dernière audience du procès de l'auteur de Montedidio, prix Fémina étranger en 2002, Erri De Luca (C) s'est ouverte lundi 19 octobre à Turin. AFP PHOTO / MARCO BERTORELLO

    Le célèbre écrivain napolitain, prix Femina étranger en 2002 pour Montedidio, Prix Jean Monnet de littérature européenne en 2013 pour Le Tort du soldat, est fixé sur son sort. Le 21 septembre dernier, le parquet de Turin avait requis une peine de huit mois de prison pour « incitation au sabotage » du chantier ferroviaire Lyon-Turin, à cause d'interviews datant de 2013, dans lesquelles Erri De Luca avait notamment affirmé : « La Tav (nom italien du TGV) doit être sabotée. » Ce lundi, l'Italien a été relaxé.

    De notre correspondante en Italie,

    Pour l’Italie, mais aussi pour tous ceux qui, dans le monde, soutiennent Erri De Luca, ce lundi est un jour important. L'écrivain, présent au tribunal de Turin, a été relaxé des accusations d'« incitation au sabotage » qui pesaient sur lui. Un verdict prononcé par la présidente du tribunal de Turin, Immacolata Iadeluca, et accueilli par les vivats et et les cris de joie de la salle d'audience, sous les yeux du principal intéressé, présent au tribunal comme durant tout son procès. C'était d'ailleurs l'argument numéro 1 d'Eri De Luca : c’est lui qui se bat, avec ses mots et sa force. En témoigne son ouvrage La parole contraire. Ce Napolitain de 65 ans, ancien ouvrier, écologiste de longue date, et qui soutient les mouvements anti-TGV au motif qu’il s’agit d’un projet inutile et nocif, a toujours affirmé qu’il employait le mot « saboter » au sens figuré.

    Mais la société LTF (Lyon Turin Ferroviaire), qui était partie civile dans ce procès, avait refusé de retirer sa plainte. Selon l’avocat de la société franco-italienne, Alberto Mittone, un écrivain à la notoriété internationale ne peut pas dire que ses paroles ne porteront pas à conséquence. En Italie, ce procès fut une première : c'était la première fois qu’un écrivain risquait une condamnation sur la base d’un article du droit pénal qui remonte à l’époque fasciste. C’est un point sur lequel a d'ailleurs insisté Erri De Luca pour se défendre : il s'est référé à l’article 414 du Code pénal, datant de 1930, qui prévoit le délit d’incitation. Selon cet article, l’accusation n’a aucune obligation de démontrer qui a été incité à commettre ce type de délit et comment, car il se fonde uniquement sur l’hypothèse de danger.

    Wim Wenders, Ken Loach, Daniel Buren...

    C'est la raison pour laquelle Erri De Luca dénonçait clairement une volonté de censure. En France, en Italie et ailleurs, ceux qui ont exprimé leur solidarité défendent, bien sûr, cet écrivain et poète. Mais ils défendent avant tout le droit à la liberté d’expression. Parmi les 500 personnes de 20 pays différents qui ont signé une pétition en ce sens, on peut voir les noms du cinéaste allemand Wim Wenders, du trompettiste de jazz italien Paolo Fresu, de l’écrivain auteur de Gomorra Roberto Saviano, du cinéaste britannique Ken Loach, de l’éditeur français Antoine Gallimard, du peintre-sculpteur Daniel Buren, des anciennes ministres françaises Martine Aubry et Aurélie Filippetti, ou encore de l’avocat pénaliste Georges Kiejman. Et puis dimanche, la garde des Sceaux française, Christiane Taubira, a elle aussi exprimé son soutien sur Twitter.

    Personnalités politiques italiennes

    Mis à part le maire de Naples, Luigi De Magistris, élu dans les rangs du Parti démocrate du président du Conseil Matteo Renzi, ce sont surtout des lecteurs, très mobilisés, des artistes et des intellectuels qui soutiennent Erri De Luca. Il faut aussi souligner que la presse italienne a fait couler bien moins d’encre que la presse française sur ce sujet. En tous cas jusqu’à présent. En cas de condamnation à la prison ferme ou avec sursis, Erri De Luca avait assuré à maintes reprises qu’il ne ferait pas appel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.