GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réfugiés: l’OSCE et les pays de la Méditerranée veulent coopérer

    media Les ministres des Affaires étrangères des pays européens de l'OSCE et de leurs partenaires de la Méditerranée se sont retrouvés à Amman, en Jordanie, ces 20 et 21 octobre 2015. REUTERS/Muhammad Hamed

    Les ministres et vice-ministres des Affaires étrangères européens et leurs homologues de la Méditerranée s'accordent sur un point : il faut coopérer plus pour faire face à la crise syrienne et les migrations qui l'accompagnent. La conférence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avec ses partenaires de la Méditerranée s’est terminée ce mercredi 21 octobre en Jordanie. Cette conférence réunissait de facto des pays tous concernés par la crise syrienne.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    L’OSCE et ses partenaires de la Méditerranée, de fait, réunissent les pays de départ des réfugiés, les pays de transit et les pays d'arrivée.

    Chaque Etat a parlé de ses efforts : la Jordanie comme la Turquie ont souligné le nombre de réfugiés qu’ils ont accueillis sur leur sol ; l’Union européenne a rappelé sa récente donation d’un milliard d’euros aux programmes des Nations unies pour les refugiés syriens.

    Mais tous les Etats sont d’accord sur un point : il faut coopérer. Et pour certains, il faut une coopération policière et judiciaire pour lutter efficacement contre ceux qui organisent les réseaux de migration illégale.

    « Si on coopère avec Europol et Interpol, ça marchera »

    L’OSCE a déjà pour mission la lutte contre le trafic d’êtres humains et la gestion des frontières, rappelle l'ambassadrice française auprès de l’OSCE, Véronique Roger-Lacan : « Si les trois catégories d’Etat coopèrent parce qu’ils ont tous des informations de folie sur les trafiquants et si on coopère avec Europol et Interpol, ça marchera. On a fait la même chose sur les pirates en Somalie. »

    Plus de 700 000 migrants illégaux ont rejoint l’Europe depuis le début de l’année.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.