GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Portugal: le Premier ministre reconduit à son poste mais sans majorité

    media Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho s'était entretenu avec le président de la République, à Lisbonne, le 20 octobre 2015. REUTERS/Hugo Correia

    Le Premier ministre portugais de centre-droit, Pedro Passos Coelho, a été reconduit à son poste, jeudi, et devra s'atteler à former un gouvernement minoritaire, menacé d'être renversé à tout moment par la majorité de gauche au Parlement.

    Avec notre correspondante à LisbonneMarie-Line Darcy

    Pas de triomphalisme du côté de la coalition de droite. Pas de déclaration tonitruante, ni mise en perspective. La reconduction au pouvoir du Premier ministre sortant Pedro Passos Coelho est tout à fait dans la logique des choses.

    Le chef de l’Etat Cavaco Silva a, dit-il, choisi le leader du parti le plus voté aux législatives du 4 octobre dernier pour former le gouvernement. Il a aussi déclaré qu’il ne pouvait laisser le pays entre les mains de partis politiques qui prônent une sortie de l’euro, et une sortie de l'Alliance atlantique. C'est-à-dire qu’il n’était pas possible d’envisager de confier le pouvoir à une union de la gauche majoritaire à l’Assemblée entre Parti communiste, Parti socialiste et extrême gauche.

    Le chef de l’Etat a d’ailleurs, en même temps qu’il l’a nommé, condamné le Premier ministre à sa chute. Le Parti communiste a en effet annoncé qu’il déposerait une motion de censure contre un gouvernement de droite. Cette motion a toutes les chances de l’emporter au Parlement qui siégera pour la première fois ce vendredi 23 octobre.

    Ainsi le gouvernement pourrait ne tenir que deux semaines. Le président portugais a préféré l’instabilité pour faire barrage à une gauche qu’il exècre et opté pour une sorte de gouvernement de gestion qui enfonce encore un peu plus le Portugal dans l’incertitude, et la crainte d’une nouvelle vague d’austérité.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.