GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Monténégro: manifestations pour la démission du Premier ministre

    media Des policiers anti-émeutes dans un nuage de gaz lacrymogène, devant le Parlement de Podgorica, le 24 octobre 2015. REUTERS/Stevo Vasiljevic

    Grenades assourdissantes, gaz lacrymogènes, charges de police. Samedi, le gouvernement du Montenegro a choisi de réprimer dans la violence une manifestation de l'opposition qui réclamait la démission du Premier ministre Milo Djukanovic et la tenue d'élections « libres et démocratiques ».

    Avec notre correspondant à Podgorica, Laurent Geslin

    Une lourde odeur de gaz lacrymogènes et de fumées planait samedi soir dans les rues du centre du Podgorica, la capitale du Montenegro. A 22h, la police a violemment dispersé les 8 000 personnes qui avaient répondu à l'appel des partis d'opposition pour demander la formation d'un gouvernement d'union nationale et la tenue d'« élections anticipées, libres et démocratiques ». C'est la troisième fois que l'opposition descendait dans les rues en une semaine. Les législatives sont normalement prévues pour début 2016.

    Certains manifestants auraient tenté de pénétrer dans le Parlement, solidement gardé par la police spéciale. Le rassemblement avait pourtant commencé dans le calme, place de la République. Des drapeaux de toutes les communautés nationales du pays - monténégrins, serbes, mais aussi bosniaques - flottaient dans la foule. Les dirigeants de plusieurs partis d'opposition avaient fixé un ultimatum pour la démission de Milo Djukanovic, au centre du pouvoir monténégrin depuis 1991.

    Le Premier ministre aura choisi de répondre par la violence. Vers 23h, des affrontements se poursuivaient dans certains quartiers. Des arrestations ont eu lieu et les hôpitaux de la ville auraient pris en charge de nombreux blessés. Le bras de fer entre le gouvernement et l'opposition va donc se poursuivre dans les prochains jours.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.