GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’UE relève le seuil de tolérance sur les émissions de diesel

    media Les véhicules pourront émettre un peu plus du double de la limite officielle de 80 milligrammes d’oxyde d’azote par kilomètre jusqu'en 2019. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

    Pour répondre au scandale Volkswagen, l'Union européenne a instauré de nouveaux tests d'émission de gaz polluant des moteurs diesel. Mais pour permettre aux constructeurs d'automobiles de s'adapter aux nouveaux tests, les Etats européens ont décidé d'autoriser le dépassement de 110 % des seuils d'émission des polluants, comme l'oxyde d'azote.

    Les nouveaux tests instaurés par l’Union européenne seront effectués en condition de conduite sur route. Ils ne devraient plus permettre aux constructeurs de tricher, comme dans le cas de Volkswagen. Pour s’y adapter, les véhicules pourront émettre un peu plus du double de la limite officielle de 80 milligrammes d’oxyde d’azote par kilomètre, et ce jusqu’en 2019.

    Pour la députée européenne verte Karima Dellli, cela revient à un complot des Etats membres. « Ils arrangent soigneusement la législation européenne pour protéger le lobby de l'automobile dans un déni démocratique total et intolérable », dénonce-t-elle.

    La ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal considère quant à elle que ce projet n'est pas satisfaisant. Elle demande à la Commission européenne une réunion de clarification avec les ministres concernés afin de répondre aux attentes légitimes des citoyens en matière de qualité de l'air.

    Certaines ONG écologistes ont également pointé le double discours des décideurs européens. C'est en effet l'Union européenne elle-même qui a récemment chiffré les décès provoqués par la pollution atmosphérique à 400 000 par an au sein de l'Union.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.