GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Migrants: Kotzias et Steinmeier privilégient l’accueil dans les pays voisins

    media Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias (G) salue son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier à Bruxelles, le 29 janvier 2015. REUTERS/Francois Lenoir

    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier a rencontré hier jeudi à Athène le Premier ministre Alexis Tsipras, et le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Kotzias. Au menu des discussions, les progrès dans les réformes demandées par les créanciers, bien entendu, mais aussi et surtout la crise migratoire. Les deux ministres ont mis l'accent sur la nécessité de traiter le problème en amont de la Grèce où entre 5 000 et 10 000 personnes débarquent chaque jour en ce moment.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Pour le ministre grec des Affaires étrangères, l'augmentation récente des flux de réfugiés a une origine principale : les Nations unies ont dû réduire leur aide financière dans les camps au Liban ou en Jordanie. Pour Nikos Kotzias, la gestion de la crise commence donc ailleurs : « Pourquoi est-ce qu'on devrait payer pour les réfugiés en Europe ? Selon moi, nous devrions collecter de l'argent pour leur assurer de bonnes conditions de vie dans les pays proches de leur foyer ».

    Pour les deux ministres, la Grèce ne peut pas porter le fardeau seule. Frank-Walter Steinmeier a assuré son homologue grec du soutien financier de l'Europe. Mais il a précisé que pour lui, l'espoir réside plutôt dans les négociations de Vienne sur la Syrie. Il a appelé les participants à faire des efforts : « Ces efforts sont importants pour que les réfugiés qui sont dans les pays voisins de la Syrie puissent au moins envisager de rentrer dans leur pays ».

    Le ministre allemand des Affaires étrangères participe avec plusieurs de ses homologues à la réunion de Vienne consacrée à la crise syrienne ce vendredi. Selon le Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés, parmi ceux qui ont débarqués sur les côtes méditerranéennes, plus de 6 personnes sur 10 sont des Syriens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.