GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 25 Janvier
Vendredi 26 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: les chantiers du futur gouvernement

    media Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annoncé ouvrir une nouvelle page pour la Turquie après la victoire de l'AKP aux législatives, le 2 novembre 2015 à Ankara. REUTERS/Umit Bektas

    Au soir de la large victoire aux législatives de son parti l'AKP, lundi, le Premier ministre Ahmet Davutoglu a expliqué que les électeurs avaient voté pour la confiance et la stabilité, et annoncé ouvrir « une nouvelle page » pour la Turquie. Chacun s'attend à voir mise en œuvre la réforme du régime politique avec une nouvelle Constitution. Mais il y a d'autres grands travaux qui attendent le nouveau gouvernement qui devrait rapidement être mis en place.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Dès après la victoire, le grand projet du président Erdogan était annoncé comme la toute première des priorités de la nouvelle Turquie qui se met en place : « une nouvelle Constitution locale et nationale », a dit le Premier ministre – comprendre tout sauf universelle – et le fameux système présidentiel, a ajouté le conseiller du président Recep Tayyip Erdogan, Yigit Bulut. S'il manque une poignée de députés pour réunir le quorum nécessaire pour convoquer un référendum sur le sujet, il ne sera pas difficile de les débaucher du parti nationaliste, laminé par ce scrutin.

    La promesse de campagne de relancer les négociations de paix avec la mouvance kurde a rapidement connu un démenti : « Cela ne sera possible qu'après le rétablissement de la sécurité », a prévenu Ahmet Davutoglu.

    Ressouder la société turque

    Parmi les urgences, le nouveau gouvernement AKP doit rapidement voter un collectif budgétaire permettant de tenir ses généreuses promesses électorales, dont le coût s'élève à quelque 7 milliards d'euros.

    Pour le reste, c'est l'ancien président Gül et la confédération des patrons qui appellent à réparer et ressouder une société turque extrêmement divisée et polarisée, et à rassurer la moitié de la population qui ne se retrouve pas dans le projet de l'AKP, craignant pour ses propres libertés. Aucun message rassurant ne leur a encore été envoyé jusque-là par les dirigeants de la nouvelle Turquie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.