GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: perquisition chez Google à Paris dans une enquête pour fraude fiscale (source policière)
    • Initiative de paix: Netanyahu «essaie de gagner du temps» avec sa contre-proposition (Hamdallah)
    • BNP Paribas fermerait ses structures dans les Iles Caïman (Attac)
    • En Ukraine, sept soldats ukrainiens ont été tués ces dernières 24 heures, le plus lourd bilan en 2016 (officiel)
    • Turquie: le porte-parole du parti AKP devient ministre des Affaires européennes
    • Philippe Martinez (CGT) : Manuel Valls «joue un jeu dangereux» en tentant «d'opposer la CGT aux citoyens»
    Europe

    La colère gronde à Bucarest après l'incendie d'une discothèque

    media Des milliers de personnes ont défilé mardi soir 3 novembre à Bucarest pour demander la démission du gouvernement après l'incendie d'une discothèque de la capitale roumaine. REUTERS/Inquam Photos/Octav Ganea

    Entre 20 000 et 30 000 personnes sont descendues dans la rue mardi 3 novembre à Bucarest. Avec des slogans comme « assassins » ou « démission », les manifestants ont réclamé le départ des autorités locales ou centrales, considérées moralement coupables de l'incendie qui a fait 32 morts et plus de 150 blessés dans une discothèque le 30 octobre dernier.

    Avec notre correspondant à Bucarest, Luca Niculescu

    À Bucarest, l’émotion s’est transformée en révolte. Depuis 25 ans, les rues de la capitale roumaine n’avaient pas vu autant de monde : entre 20 000 et 30 000 manifestants en colère sont descendus dans la rue pour dénoncer « l’incompétence » et la « corruption » des autorités.

    Cette manifestation, organisée en quelques heures seulement sur les réseaux sociaux, n’avait pas de leader, mais les dizaines de milliers de protestataires réclamaient tous la même chose : la démission du maire du IVe arrondissement, mais aussi la démission du gouvernement.

    Gouvernement sous pression

    Victor Ponta, Premier ministre depuis bientôt quatre ans, est déjà sous pression depuis plusieurs mois, accusé de corruption. Face à cette révolte, le Premier ministre a renvoyé le chef de l’Autorité pour la protection des consommateurs, un geste qui est loin d’apaiser la colère des manifestants.

    Alors que le bilan de l’incendie, qui a ravagé vendredi soir une boîte de nuit, s’alourdit d’un jour à l’autre, les Roumains menacent de poursuivre la mobilisation, afin de provoquer un vrai changement dans la société.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.